Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 14:43
Quand la technologie fait flop...

Le mois de mai, c'est l'époque de la migration des baleines et de la mienne vers les Açores. Elles ne font que passer entre les îles et s'y arrêtent le temps d'un casse-croûte ou deux avant de continuer leur route vers les eaux froides septentrionales où là ce sera le festin durant tout l'été.

Quant a moi, l'escale durera cette année seulement six semaines. Tout de même largement le temps de profiter de la présence de mes très chers amis Pedro, Carla, toute l'équipe de HortaCetaceos plus quelques autres et de nos amis marins.

Déjà douze jours ont passé et pas mal de sorties en mer. C'est toujours le même plaisir d'emmener des gens voir les cétacés et de revenir à terre tous ayant, en général, un grand sourire. La rencontre avec les grandes baleines et les dauphins n'est jamais une expérience anodine et l'effet est en général garanti. 

Déjà quelques belles expériences et deux en particulier :

Mis à part leur gigantisme, leur puissance colossale, leur douceur infinie, ce que j'aime chez les baleines bleues, c'est qu'elles nous font parfois l'immense plaisir de venir nous dire bonjour de très près. Et c'est arrivé il y a quelques jours. Nous avons vu l'une d'entre elles se déplacer dans notre direction sous la surface (comme elles ont une couleur gris bleuté assez clair, sous la surface on dirait un immense fantôme bleu turquoise) puis faire surface et souffler à environ trois mètres derrière le bateau, et la puissance du souffle de la baleine bleue c'est vraiment quelque chose, ça vous prend vraiment aux tripes. Ensuite elle est passée sous le bateau et là, dans une telle situation, on se rend vraiment compte de la taille gigantesque. J'aime bien l'appeler la baleine sans fin.

Quand la technologie fait flop...

Quelques jours plus tard, la sortie se passe de la meilleure des façons puisque nous avons la chance d'observer deux baleines à bosse, ce qui n'arrive pas tous les jours, loin de là, puis une baleine bleue. Les sourires illuminent tous les visages puis une rumeur sort du haut parleur de la radio du bord, un bateau aurait aperçu des orques. "aurait", le conditionnel dubitatif est de rigueur car il est vraiment très très très rare de voir le plus grand de la famille des dauphins. Ce sont ici des animaux océaniques qui restent au large où ils trouvent les grandes proies qu'ils affectionnent comme les thons. 

Début mars un groupe d'orques a pourtant été observé près des côtes ce qui n'était pas arrivé depuis sept ou huit ans. Alors une deuxième fois cette année c'est difficile à imaginer...

Et pourtant, rapidement la rumeur s'est transformée en réalité, pour notre plus grand bonheur.

Il y a quelques années j'ai passé un hiver au Nord de la Norvège, aux îles Lofoten, sur mon bateau pour voir des orques mais pour la première fois ils ne sont pas venus. Et finalement c'est à un endroit où ils ne viennent quasiment jamais que j'ai le privilège de les rencontrer pour la première fois.

Le groupe comprenait une vingtaine d'individus répartis en deux sous-groupes. Je savais qu'ils étaient gros et puissants mais je n'imaginais pas à quel point. Les mâles peuvent atteindre dix mètres et peser plus de neuf tonnes. Dans le groupe il y avait un grand mâle facilement reconnaissable à son grand aileron dorsal vertical. L'impression de puissance dégagée est phénoménale. Ils étaient en déplacement et donnaient límpression que rien ne pouvait les arrêter. 

Ce sont vraiment de très beaux animaux avec leur couleurs contrastées qui font que nous les appelons souvent les dauphins pandas. Et surtout ce sont les plus grands prédateurs des océans (on les trouve sous toutes les latitudes, dans tous les océans et même en Méditerranée) et n'ont peur de rien. Ils s'attaquent même au grand requin blanc. Selon la région géographique ils se trouvent, leur régime alimentaire varie : thons, saumons, otaries, manchots. Mais ce sont aussi des opportunistes qui peuvent également se satisfaire de dauphins ou de petites baleines, bref tout est bon pour eux. Tout ? Non, pas tout à fait. Il n'a jamais été rapporté d'attaque d'orque sur un humain... dans son environnement naturel. En captivité, c'est une autre histoire. Qui ne deviendrait pas fou en étant injustement enfermé toute sa vie dans un espace très réduit ?

A ce propos, si le sujet vous intéresse, notez sur vos tablettes, calendriers, dans vos agendas pour le 2 juillet, 20h50 sur Arte la rediffusion du documentaire "Blackfish" qui traite de manière très édifiante le sujet de la captivité des orques. A voir absolument.

Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...

Il est bien connu que la vie n'est pas un grand océan tranquille et je m'en suis rendu compte par deux fois depuis mon arrivée, la technologie s'est chargée de me le rappeler.

Tout d'abord, dès la première sortie en mer, il est apparu que l'autofocus de l'objectif zoom de mon appareil photo ne fonctionnait pas. Pas moyen d'y remédier. Donc je dois faire "à l'ancienne", mise au point manuelle. Avec les grosses baleines, même si ce n'est pas simple, c'est jouable car l'action n'est en général pas très rapide mais avec beaucoup de déchet tout de même. Avec les dauphins, petits et habituellemnt très rapides, c'est très loin d'être gagné.

Et puis plus grave, par malchance, mon ordinateur s'est retrouvé par une nuit pluvieuse juste sous un gouttière dans le bateau dans lequel je loge et bien évidemment il n'a pas du tout apprécié la douche. Moi non plus d'ailleurs.

Même après avoir bien sèché, rien à faire, il ne veut rien savoir. Pas cool du tout. Si quelqu'un a une idée....

Heureusement j'avais fait une sauvegarde la veille de mon départ. Je n'aurais donc pas perdu toutes mes données.

Je dois donc emprunter un ordinateur pour traiter mes photos et publier mon blog. Merci Marilia pour me permettre d'utiliser son Mac.

Pour le reste, ma tablette fait l'affaire.

Bon, je vais aller allumer encore un cierge pour implorer une fois de plus sainte Technologie de bien vouloir faire quelque chose pour que mon Macbook retrouve ses esprits.

Et pour terminer sur une note plus positive, et faire plaisir à Pedro, vous dire que les cachalots sont toujours bien présents et ça c'est vraiment bien.

Quand la technologie fait flop...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Syma 08/10/2016 18:58

Magnifique! Extraordinaire!!!!!!!!! comme toujours!! (excuses-moi pour le retard du commentaire!!!! ;-) )

Marie 14/06/2016 20:00

ouah ça fait très envie, pour ton ordi, le gros sel !
bizz

philae 23/05/2016 16:44

intéressant

nageraveclesdauphins 23/05/2016 10:53

C'est un vrai bonheur de suivre votre périple, cette année de loin, peut-être une autre fois de plus près?!!
Merci !
Et je croise les doigts pour le Mac!!
Claudia

Sonia 23/05/2016 09:50

Quelle beauté, et que je suis heureuse pour toi

christa Hauchard 23/05/2016 09:06

Les défaillances technologies n'auront rien fait à ces photos toujours aussi belles ! Et ton blog très agréable à lire. Je te souhaite plein de belles rencontres pour la suite. Bises christa

Pierre 22/05/2016 22:45

Toujours aussi belles tes photos .... un regal .... je reviens tout juste de passer 5 mois aux Marquises puis un mois dans les tuams sur mon nouveau bateau en alu ! Amicalement
Pierre

Marc 23/05/2016 10:32

merci Pierre. A un de ces jours sur Skype ?

Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o