Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2009 5 05 /06 /juin /2009 11:05


gris, gris, gris








































que d'eau, que d'eau !


3 jours que ça dure !
Lundi c'était l'été, mardi le mois de septembre, mercredi octobre et jeudi fin novembre.
C'est dingue comme le temps passe vite !
De la pluie, du froid (6° jeudi soir) et le vent à faire siffler drisses et haubans.
Et il vient d'où le vent ? Du Nord !
Et je vais dans quelle direction ? Au Nord !
Qu'est ce que je suis contrariant quand même ! Jamais d'accord avec Eole ! Il va finir par croire que je fais exprès.
J'ai rallumé le poêle parce que 13° dans le bateau, c'est un peu juste moralement pour un 4 juin. Le point positif, c'est que ça sent de nouveau le pain grillé au p'tit dèj. Et pour avoir une belle journée, rien de tel qu'un agréable petit déjeuner.
Qui a dit que la vie du voyageur scandinave n'est qu'une promenade dans un champ de fleurs ? Et oui, ici aussi on trouve des orties.
Et entre les averses, les odeurs prennent l'air, surtout les lilas, il y en a partout, en pleine floraison, dès qu'il y en a à portée de narine, je sniffe, je sniffe, complètement shooté au lilas.
Ceci dit, ce n'est tout de même pas l'apocalypse et je pense qu'il existe bien pire comme enfer.
Peut être est ce juste le péage pour être autorisé à visiter le magnifique et magique archipel de Stockholm qui commence à ce niveau.
Ce qui m'embète le plus, c'est que je suis un peu coincé dans un port à cause du vent.
La ville où je me trouve, Nynäshamn, 13 000 habitants, à 70 km au sud de la capitale suédoise, ne présente pas beaucoup d'intérêt, le tour en est vite fait.
Et puis c'est tellement calme. Les vacances scolaires n'ont pas encore commencé et on est encore ... hors saison, comme dans la chanson de Cabrel.

Donc hier je n'ai rien fait et aujourd'hui j'ai continué parce que je n'avais pas fini.
Non, ce n'est pas vrai que je n'ai rien fait. Pas dans les habitudes de la maison.
J'ai fait... des rencontres.
Tout d'abord, mon voisin de ponton, Axel.
Il est allemand mais son magnifique bateau bat pavillon suédois. Il faut dire que la mer Baltique, et plus particulièrement l'archipel de Stockholm, est son terrain de jeu préféré. Il y mène son errance nautique chaque année du mois de mai au mois de septembre ou octobre.
Ensuite, après sa ballade scandinave estivale, il va séjourner quelques mois à Buenos Aires pour voir des amis et aussi pour apprendre l'espagnol, le tango et le bandonéon. 2 heures de chaque apprentissage par jour !
Nous avons bien sympathisé, pas mal discuté, troqué cartes papier contre cartes électroniques, j'ai mangé du très bon saumon fumé dans son bateau.
J'aime beaucoup son bateau dont la finition est absolument époustouflante. Un superbe bijou qui trouve dans cet archipel un écrin à sa mesure.

Un vrai plaisir une telle rencontre.




Et puis d'improbables rencontres.
Il avance, s'arrête, regarde à droite, à gauche, devant, derrière, croise mon regard, 3 pas en avant, à gauche, à droite, .....
Pas de risque de le prendre pour un suédois: petit, râblé, yeux et cheveux noirs, la peau mate et cuivrée.

Autant il arrive qu'on me parle spontanément suédois, autant là....
Je lui demande s'il cherche quelque chose (et oui, il m'arrive d'être assez perspicace !).
Il cherche une connexion Internet. Je lui indique où se trouve une borne wifi "publique" (si vous voyez ce que je veux dire par publique) et on discute un peu. Il est membre d'équipage sur un immense paquebot italien (trop grand pour pouvoir arriver dans le port de Stockholm ! ) des croisières Costa (je n'avais pas vu le bateau car il ne peut pas approcher du port) et il est... péruvien !
Moi qui croyais que tous les péruviens jouaient "El condor pasa" à la flûte de Pan ou à la kéna, un poncho multicolore sur les épaules, sur la tête un bonnet qui tombe sur les oreilles et en gardant les troupeaux de lamas sur l'altiplano à 4000 m d'altitude ! Il a dû s'évader, c'est pas possible autrement.

Un peu plus loin, je croise 3 gars, pas plus l'air scandinaves que le sud américain de tout à l'heure.
Ils me demandent où trouver un supermarché, comme si j'étais du coin.
On discute un moment. Ils font partie de l'équipage d'un "petit" paquebot japonais qui fait le tour du monde en 106 jours, 500 passagers nippons, 500 membres d'équipage. Le luxe probablement. J'ose espérer que ces gars ont un salaire proportionnel à la somme dépensée par chacun des passagers. Je ne me fais cependant guère d'illusions sur ce point là.
Il repartent ce soir vers la Russie puis ce sera la Norvège, le Canada, New York, etc...
Ah oui, eux ils sont... népalais.
Moi qui croyais que tous les népalais étaient sherpas et grimpaient l'Everest pieds nus avec 350 kg sur le dos avec la légèreté et l'adresse d'un mouflon corse qui se promène sur les flancs escarpés du Monte Cinto !
Faudrait peut être que j'envisage de sortir un peu de chez moi pour voir du pays et me rendre compte que le monde n'est pas toujours comme on veut bien nous dire.
Allez, je commence demain, le vent va faiblir et tourner dans une direction qui me sera un peu plus favorable.


P.s.: la citation ajoutée hier, "Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde." (Barbay d'Aurevilly), était vraiment d'actualité aujourd'hui !
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jean-pierre 07/06/2009 22:30

bon ok premier message pas passé, pour résumer je te disais qu'aujourd'hui ici en normandie le temps n'était pas de saison; ballade dans la hague avec des amis avec vent fort du nord + pluie avec même parfois des grains forts mais quelle belle région. Si tu passes au large, arrêes toi à Auderville (petit port) rien que pour le resto avec poisson et fruit de mer extra + rencontre avec le patron qui est un personnage; pas mal discuté avec lui et vraiment quitté avec la "banane"
bon début de semaine à toi

jean-pierre 07/06/2009 22:25

j'ai envoyé un commentaire avant mais je ne sais pas si il est bien passé; c'est pas grave; tiens je regarde les photos de ton blog, je voyage et en même temps j'écoute les résultats et commentaires des élections du jour (le grand écart!) résultat qui me plait est le résultat des écologistes; ya de l'espoir....

pascale 06/06/2009 12:43

bonjour !
sois rassuré ! ici le pain grillé est de mise ! et j'ai mis mon jean ce matin ! pas de bronzette même le 6 du mois de juin !

Syma 06/06/2009 12:04

eh ben voilà!! 5 "Novembre" n'est pas toujours gris: c'est le jour de ma fête... ;-), et, du coup, tu as eu de belles surprises!!..;ici, 5 Juin, soleil et chaleur....dos nus et maillots de bain, et oui, La saison commence.!!..
Bizzzz

Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o