Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 17:41


- Tu sais toi comment c’est là où il se couche le soleil ?
- Ben non.
- On va voir ?
- Ben oui.

Lisbonne, 6 juillet 2011, cap au 270, plein ouest. On a étudié attentivement la situation, c’est dans cette direction que le soleil passe sous la couette. Enfin, couette peut-être pas, il doit faire assez chaud chez lui.
C’est la première fois que je vais véritablement m’éloigner des côtes, escale prévue dans l’archipel des Açores à environ 800 milles nautiques (env.1500 km). Autrement dit, au moins une semaine au large sans voir de terre.
Cette fois j’ai une équipière avec moi. Non, ce n’est pas Baltic, elle aime bien faire du bateau, elle.
Les prévisions de vent sont excellentes, on nous promet un vent de travers d'environ 20 noeuds (hmmmm, ça c’est bon !) pour au moins 5 jours, après c’est plus flou, au bon vouloir du fameux anticyclone des Açores, mais pas de vent fort.
Bonne augure, une heures après le départ deux dauphins sont venus nous souhaiter bon voyage.

Dauphins 0073

7 0024

                          © Marc Perrussel
Premières 24 heures conformes aux prévisions, 140 milles parcourus (260 km), super !
La suite sera moins drôle avec Eole qui commence à n'en faire qu'à sa tête ce qui nous fait descendre trop vers le sud et la remontée vers le nord se traduira par 4 jours au près (remontée contre le vent) avec par moment du vent assez fort (jusqu’à 30 noeuds) et de belles (!) vagues. Pas top ! VoLuMondu n’avait jamais été mouillé comme ça. Le bon côté de la chose (le seul ?) c’est que j’ai pu repérer deux infiltrations d’eau non   prévues dans le bateau, une par un système soit disant étanche et l’autre par      

un dispositif destiné à évacuer l’eau et ne rien laisser entrer.  Pas grand chose mais bien entendu ça a coulé sur matelas et coussins ! C’est beau la technologie !
Et pour aroser ce menu, un certain nombre d’averses de pluie que la couverture nuageuse a bien voulu laisser filtrer juste pour nous. Et parfois le soleil qui se montre sous les nuages en fin de journée pour nous dire que c’est bien par là qu’il faut aller.

7 0081                         © Marc Perrussel
Equipière malade et assommée par les comprimés contre le mal de mer, ce qui me donne l’occasion de naviguer la nuit comme en solitaire, c’est à dire sommeil par petites tranches de 30 minutes (au début, après j’ai espacé jusqu’à 45) avec le radar et l’AIS (prévention des collisions) qui surveillent les alentours.
 Un peu fatigant tout de même. Récupération obligatoire pendant la journée.

7 0051

Peu de vie apparente autour de nous, si ce n’est l’apparition après 6 jours de quelques puffins cendrés. Ce sont de magnifiques oiseaux de mer, ils me font penser à des albatros en miniature.
C’est un régal de les voir planer sans le moindre effort apparent, le vol épousant parfaitement les déformations de la surface océanique et s'insinuant parfaitement dans le labirynte du relief aquatique, l’extrémité des rémiges flirtant collé-serré avec la crêtes ou le creux des vagues sans que jamais elle ne touche la surface. Pas besoin de tremper la plume dans l'encre océanique si on a rien à écrire.

7 0076          © Marc Perrussel
Et le huitième jour, apparition sur l’horizon de l’île de Sao Miguel, principale terre de l’archipel portugais  avec accueil en fanfare de plusieurs troupes de dauphins.

7 0001

          © Marc Perrussel

7 0042

          © Marc Perrussel
La suite ce sera 2 jours de repos à Punta Delgada, la "capitale", puis nous irons dans l’île de Pico à 130 milles nautiques (250 km) au nord ouest avec l’espoir d’observer des cachalots dans les eaux qui la baignent.
Nous en verrons quatre le lendemain de notre arrivée ainsi que de nombreux dauphins.

C'est toujours un magnifique spectacle et une belle émotion d'observer ces géants (15 à 18 m et 40 tonnes) se déplacer lentement et, lors de l'expiration, de voir et entendre ce souffle puissant qui projette vers le ciel un panache nuageux, la caractéristique du cachalot étant qu'il le projette en oblique sur l'avant orienté vers la gauche ce qui rend son identification plutôt aisée.

7 0012

          © Marc Perrussel

Et que dire de ce moment magique où l'immense nageaoire caudale s'élève lentement et majestueusement au dessus de la surface pour disparaître verticalement lors de la pongée profonde à plus de 1000m de profondeur pour aller se régaler de quelques calamars géants, leur proie favorite !

7 0050

           © Marc Perrussel

7 0054

          © Marc Perrussel

Le village où nous nous trouvons était jusqu’en 1987 la base principale des chasseurs de cachalots. Dès que la vigie à terre  avait repéré le puissant souffle d'un cétacé, elle transmettait l’information par radio aux chasseurs qui aussitôt se mettaient en route à la rame et à la voile pour aller tuer l’animal avec harpons et lances qu’ils projetaient à la main. Rien à voir avec la chasse industrielle qui a exterminé certaines espèces de baleines et amené  d’autres au bord de l’extinction.
Ces gars-là prenaient des risques énormes : ils chassaient dans de baleinières en bois de 12 m de long, ils étaient 7 à bord. Et leur gibier pesaient en général dans les 40 tonnes. Et ce n’était pas toujours eux qui gagnaient la partie (yesssss !!!), les accidents dramatiques n’étaient pas rares.
Le dernier cachalot a été tué à Lajes do Pico en 1987.
Aujourd’hui la vigie est toujours en activité mais pour une activité infiniment plus paisible, l’observation des cétacés. Plusieurs compagnies emmènent des touristes en mer dans ce but. Activité florissante. Il faut dire qu’en été on est à peu près assuré de voir quotidiennement des cachalots, sans parler des dauphins qui pullulent dans les environs. 20 espèces de cétacés sont observables dans les eaux açoriennes.

Et les baleinières sont utilisées à l'heure actuelle à des fins beaucoup plus pacifiques, elles se retrouvent régulièrement lors des régates acharnées mais amicales. Mais la nostalgie d'une époque révolue est toujours bien présente...

7 0023                        © Marc Perrussel
Après avoir ramené mon équipière à Punta Delgada, retour à Pico.
Une des particularités de l’île de Pico est qu’on y trouve le mont Pico (nooon, pas possible !), point culminant de l’archipel mais aussi du Portugal avec ses 2351 m d’altitude.
Tout l’archipel est d’origine volcanique et cette montagne est une vraie carte postale à elle toute seule avec sa forme de cône presque parfait. Encore faut-il qu’elle n’ait pas mis son bonnet de nuages !

7 0119                         © Marc Perrussel
J’aurais l’occasion de la voir apparaître au coucher du soleil alors que j'en étais encore éloigné de plus de 100 km.
7 0003          © Marc Perrussel
La roche volcanique noire est bien sûr omniprésente, elle est utilisée pour les construction, pour les pavés (les portugais sont les rois du pavé, il y en a partout), pour les trottoirs, etc...
7 0135            © Marc Perrussel
Et quand le soleil est bien présent cela ne fait qu’accentuer l’effet de chaleur. Apparemment certaines plantes aiment cette accumulation de calories.

7 0149
7 0004 

© Marc Perrussel                                                                                  © Marc Perrussel

A Lajes do Pico, le cachalot est bien présent. D’une part par le business du whale watching (en portugais dans le texte !) mais aussi par le musée consacré aux baleiniers (très intéressant), par les anciennes installations de traitement des produits tirés des cachalots qui sont toujours en place, par les enseignes des boutiques, les pavés sur les trottoirs et même boîte à lettres.

7 0001-copie-2

                         © Marc Perrussel

7 0143

                         © Marc Perrussel

7 0006                         © Marc Perrussel
A part les cachalots, j’ai pu voir 4 espèces de dauphins (dauphin commun, grand dauphin, dauphin tacheté et dauphin bleu et blanc), des globicéphales et une baleine de taille moyenne que je n’ai pu identifier.

Quel plaisir de voir autant de vie dans la mer ! Ce n’est, hélas, pas si fréquent.

7 0033

          © Marc Perrussel

7 0093          © Marc Perrussel

Renseignement pris, le soleil se couche encore plus loin que ce magnifique archipel. On a pas pu me dire où exactement mais il paraît qu’il faut continuer longtemps pour y arriver.
Bon, ça ne sera pas pour cette fois.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie 14/08/2011 19:03


Hello, Marc, tu cours aprés le coucher de soleil et c'est lui qui te rattrappe tous les matins... tu vas ou?
besos Marie


j-p 14/08/2011 10:41


coucou Marc,merci pour ces toujours belles photos. Quel bonheur tu as du avoir en voyant ces "bebetes" de cachalot; une impression de force et de sérénité surement... Tu n'arrives pas à attraper le
coucher de soleil? Ici en bord de mer à Caen non plus car il n'y a pas de soleil; Ici c'est octobre en avance. Navigation en dériveur avec les combinaisons d'hiver! Allez bonne continuation en solo
ou en duo!


Françoise 12/08/2011 22:28


Mais , tu sais bien , Marc , le soleil est toujours au bout de la route ..Alors continue car il faut que tu nous racontes des histoires qui font rêver (on en a besoin ) sur le plancher des vaches (
Normandes bien sûr !) et tes photos sont si belles ...
Amicalement . Françoise (de Rouen )


Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o