Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 21:46

J’ai reçu un très beau cadeau à Noël. Hélas, je ne sais plus qui de ma famille m’a offert ce magnifique présent.
J’aime lire, la bibliothèque de VoLuMondu est plutôt bien garnie. Il y a des périodes où je ne lis pas, sans savoir pourquoi d’ailleurs, et d’autres où je suis boulimique de mots, de phrases, de paragraphes, de chapitres, de livres.
Je suis actuellement dans un de ces moments-là. Après m’être régalé d’un ouvrage de Boris Cyrulnik sur l’éthologie, «Mémoires de singe et paroles d’homme», après avoir voyagé vers l’Antarctique dans un récit nautique, j’ai sorti ma réserve des "pas encore lus", c’est là qu’il attendait son tour, mon cadeau de Noël.
C’est un petit ouvrage de 124 pages, pas vraiment un pavé sur lequel se percher pour aller chercher quelque chose sur une étagère trop haute, non il est trop mince pour cela, mais son contenu ne peut que nous permettre de nous élever bien plus haut que n’importe quelle étagère.
Il contient l’essentiel, un essentiel, ce qui peut nous aider à vivre bien mieux  que ce que nous le faisons, si nous le désirons.
Il se laisse lire très facilement, il ne donne pas de leçon, il ne culpabilise pas, il explique et propose.
Si vous n’avez personne dans votre entourage qui pourrait vous en faire cadeau, offrez-vous le, je doute fort que vous le regrettiez. Un vrai cadeau je vous dis !
Ce grand petit livre c’est le «Manifeste pour la Terre et l’Humanisme» de Pierre Rabhi.
Pierre Rabhi est agriculteur, écrivain et penseur français d’origine algérienne. Il est un des pionniers de l’agriculture biologique. Il défend un mode de société plus respectueux des êtres humains et de la terre. C’est ce qu’il expose dans cet ouvrage et il y propose des solutions de changements.

Morceaux choisis:6 0004-copie-2
«Au-delà des catégories, des nationalismes, des idéologies, des clivages politiques et de tout ce qui fragmente notre réalité commune, c’est à l’insurrection et à la fédération des consciences que je fais aujourd’hui appel, pour mutualiser ce que l’humanité a de meilleur et éviter le pire.
Cette coalition me paraît plus que jamais indispensable compte tenu de l’ampleur  des menaces qui pèsent sur notre destinée commune, pour l’essentiel dues à nos grandes transgressions.
Par «conscience», j‘entends ce lieu intime où chaque humain peut en toute liberté prendre la mesure de sa responsabilité à l’égard de la vie et définir les engagements actifs que lui inspire une véritable éthique de vie pour lui-même, pour ses semblables, pour la nature et pour les générations à venir»

«Je suis aujourd’hui convaincu que la survie de l’espèce humaine ne pourra se passer de l’intégration des deux notions fondamentales : le respect de la terre, comme planète à laquelle nous devons vie et dont nous ne pouvons nous dissocier (et à son prolongement direct qu’est la terre nourricière), et l’avènement d’un humanisme planétaire, seule perspective capable de donner un sens à l’histoire de l’humanité en tant que phénomène.»

«la planète ne nous appartient pas, c’est nous qui lui appartenons. Nous passons, elle demeure»

«Contrairement à une illusion entretenue pour nous rassurer, nous ne dominons pas la nature. Comprendre et intégrer cette évidence serait une preuve de réalisme, de lucidité et d’intelligence.»

«Rien ne peut justifier la faim : la planète recèle des ressources en surabondance pour satisfaire aux besoins de tous ses enfants.»

«Dans les années 80, un camion de tomates a quitté la Hollande pour livrer l’Espagne. Dans le même temps, un autre camion de tomates part de l’Espagne pour livrer la Hollande. Les deux camions ont fini par se percuter sur une route française ! Cette anecdote vraie est une caricature qui devrait nous faire méditer sur l’absurdité de notre système...»

«Avoir conscience, ne serait-ce pas avant tout aimer, prendre soin, s’émerveiller ? Et être dans l’inconscience, détruire et profaner tout ce qui est à portée de main et à distance de nos coeurs ?»

«Quoi qu’il en soit, nous pouvons à l’heure des grands bilans constater que les conséquences des exactions commises par l’homme contre la nature se retournent également contre lui-même.»

«Plutôt que de proférer des vérités interprétables de mille manières selon les convenances de chacun, je préfère nous inviter mutuellement à nous unir pour servir et promouvoir des valeurs simples telles que la bienveillance à l’égard de ceux qui nous entourent, une vie sobre pour que d’autres puissent vivre, la solidarité, le respect et la sauvegarde de la Vie sous toutes ses formes.»

«Il est étonnant de constater que l’antagonisme et la compétitivité qui affaiblissent et ruinent le système humain, comme chacune et chacun peuvent en faire le constat et en être parfois la victime ou le bourreau, soient préférés à l’unité, la solidarité, la réciprocité dont la puissance constructive et positive est infinie.»

«Sobriété heureuse :
Face au "toujours plus" indéfini qui ruine la planète au profit d’une minorité, la sobriété est un choix conscient inspiré par la raison. Elle est un art et une éthique de vie, source de satisfaction et de bien-être profond. Elle représente un positionnement politique et un acte de résistance en faveur de la terre, du partage et de l’équité.»

«Pour que les arbres et les plantes s’épanouissent, pour que les animaux qui s’en nourrissent prospèrent, pour que les hommes vivent, il faut que la terre soit honorée.»

Puissé-je avoir donné l’envie de lire ce livre à quelques uns d’entre vous et j’aurai peut-être apporté mon grain de sable à cet édifice à construire.

«C’EST DANS LES UTOPIES D’AUJOURD’HUI QUE SONT LES SOLUTIONS DE DEMAIN. LA PREMIERE UTOPIE EST A INCARNER EN NOUS-MÊMES CAR LA MUTATION SOCIALE NE SE FERA PAS SANS LE CHANGEMENT DES HUMAINS.»

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Roland 17/05/2011 11:16


Bonjour Marc,
Bien sûr!Mais la population humaine ne peut pas continuer à croitre de cette façon, même en ayant une attitude parfaitement en respect avec la nature, ce qui est loin d'être le cas.Les biotopes
sont rapidement gagnés par l'extension humaine, plus de routes, de logements, d'usines etc...10000humains qui possèdent 1000 autos polluront toujours plus que cent humains qui en possèdent 100.Et
pourtant j'aime bien l'automobile et les 2CV.


Roland 16/05/2011 20:55


Bonjour Marc,
La surpopulation humaine est la cause de tous les maux.Rien ne pourra changer sans une inversion de la courbe des naissances sur la planète.


Marc 17/05/2011 11:06



salut Roland,


je ne suis pas du tout d'accord avec ton point de vue. C'est hélas, à mon avis, avec ce genre d'argument qu'on ne fait rien pour changer nos habitudes et que rien n'est remis en question.


De nombreux scientifiques s'accordent à dire que la production agricole pourrait être largement suffisante pour nourrir la population mondiale à la condition qu'on le veuille bien et qu'on ne
prenne les terres cultivables et nourricières pour fabriquer des agro-carburants entre autre. C'est réellement une question de volonté politique et de moyens mis à disposition pour atteindre ce
but.



Framboise 27/01/2011 17:47


Je connais le livre et l'auteur. Ce qu'il dit est frappé au coin du bon sens, mais dommage que sa voix reste inaudible chez certains décideurs. Mais bon, je me dis que le pouvoir est peut-être là
où on ne l'attend pas ! Du côté des "faibles" et des sans-voix... qui sait.
Très belle année et bon vent pour les nouvelles aventures.
Bises à toi.


j-p 25/01/2011 18:05


tout d'abord content de voir ton nom s'afficher dans ma boite mail. Oui j'ai entendu parler de ce bouquin mais tu as raison, il faut "distiller" au maximum les infos car forcément quà un moment
donné il en reste quelque chose, qu'une personne va se pencher un peu plus sur cette info que sur une autre. Je pense que c'est un des bns moyens pour faire avancer les choses. Pas de grande
théorie, pas de grand discours, mais des "petits" actes de citoyens et nous y arriverons. Pessimiste: c'est foutu c'est trop tard? optimiste: L'homme doit être au pied du mur pour entreprendre de
vraies belles choses...et nous y sommes ou nous nous en approchons?....
bon vent et bonne lecture


ydikoi 25/01/2011 12:02


Bonjour Marc,

J'avais entendu parler de son bouquin par la conférence qu'il a donné à Tedx Paris en début d'année, et il m'a donné envie de l'acheter. Il sera en bonne place pour mon départ ;-)
http://www.canalplus.fr/c-infos-documentaires/pid3717-c-ted-x-paris.html?vid=413051


pierre 25/01/2011 05:46


Ben oui , tout cela semble tellement sensé mais sans vertitable changement de nos comportements .... et cela ne semble pas etre la direction choisie par les classes riches de tous les pays du
monde....le risque est tres grand pour l'humanité de ne pas survivre bien longtemps sur notre belle planete....merci tout de meme de faire sonner cette voie si sage !
Pierre


Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o