Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 juillet 2010 4 01 /07 /juillet /2010 15:57


Après avoir longé rapidement la côte suédoise entre Göteborg et Malmö, me voilà "chez moi" tout au sud de la Suède, dans "mon port d’attache", le port de Falsterbo Canal.

6 0019-copie-2

6 0013-copie-1

6 0026-copie-2

6 0053-copie-16 0039

6 0080

 

6 0068

Chez moi parce que c’est là que j’avais passé mon premier hiver nordique et que je m'y sens réellement chez moi..
Quel plaisir de trouver sur le quai, alors que ça souffle assez fort, des mains amies pour accueillir les amarres de VòLuMondu. Les mains de Jonas et son fils Philippe, mes voisins d’hivernage avec Ann-Sofi.
Et quel plaisir aussi de se retrouver un quart d’heure après dans leur bateau, les pieds sous la table, en compagnie d’ autres amis, Isabelle et Magnus, également voisins d’hivernage, qui ont eux largués les amarres il y a un an et qui sont juste de passage, leur bateau les attendant sagement au sud de l’Espagne.
Je voulais absolument arriver ici avant le 15 juin, date prévue par Jonas et Ann-Sofi pour démarrer leur nouvelle vie sur l’eau concrétisée par leur grand départ sans date de retour. Cap au Sud et hiver prochain en Croatie.6 0015
Et deux jours plus tard, séquence émotion, les amis restant à quai, et eux deux dirigeant leur beau bateau Lady Annila hors du port. Nul doute que nos routes se recroiseront un jour. Il le faudra.
Je retrouve tous mes amis du club nautique, Tommy, le secrétaire à un mois de la retraite, Rolf, Fred, Inge et tous les autres. Stephan me dit tout de suite que je ne peux repartir avant huit jours car il y aura fête au club et qu’il n’est pas question que je n’y participe pas.
Cette fête est réservée aux membres du club et Tommy me dit que c’est normal que je sois là puisque je suis membre du club, ce que je ne savais pas...
Donc je ne repartirai que le lendemain de cette soirée très animée au cours de la quelle j’aurais même droit à une Marseillaise aux accents scandinaves.
En dehors du club, j’ai retrouvé aussi Annika et son mari Michel, plus breton on ne trouve pas, Mia, ma blonde coiffeuse adorée, qui ne s’est pas privée pour me fixer un rendez-vous avec ses ciseaux.
A Malmö, je suis ravi de rencontrer à nouveau Anette qui se dévoue sans compter pour la défense des droits des animaux.
Puis mon ami Bernard arrive de sa Haute Savoie et je vais profiter de sa présence et de son expérience pour allonger le sillage du bateau jusqu’en Bretagne. Il ne serait ni raisonnable ni prudent de me lancer en solitaire sur la Mer du Nord et la Manche. Le trafic y est très dense, mes connaissances concernant les courants et les marées sont plutôt limitées pour l’instant, pas de possibilité de faire du cabotage en trouvant un abri chaque soir, et il faut bien que je dorme. De plus ça me fait très plaisir d’avoir son agréable compagnie.
Les flonflons de la fête se sont tus depuis peu de temps, les amarres sont larguées et nous profitons de l’ouverture du pont qui enjambe le canal pour nous diriger vers le sud, direction le Danemark et 6 0016-copie-1l’Allemagne.
C’est ma première en nuit en mer sur mon bateau. Comme d’habitude, pas de vent....
Baltic n’apprécie toujours pas ces déplacements au moteur et passera les trente heures de navigation dehors, ne rentrant même pas pour manger et boire. Si tu ne vas pas à ta gamelle, ta gamelle viendra à toi.... Et la caisse à sable aussi....


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 0007-copie-2

Après avoir navigué en surveillant les innombrables cargos et ferries qui transitent dans la région, nous arrivons à Kiel au milieu d’une multitude de voiliers de toutes sortes et nous nous dirigeons vers l’entrée du canal de Kiel qui permet d’éviter de faire le tour du Danemark pour rejoindre la Mer du Nord.
Ce grand canal d’environ cent kilomètres de long est emprunté principalement par des gros bâtiments de commerce, et ils sont très nombreux. Les oies cendrées ont l’air d’accepter relativement bien de partager ces eaux avec ces encombrants voyageurs.

6 0052-copie-16 00391

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 0063

C’est en navigant sur ces eaux que j’écris ces quelques lignes qui se retrouveront sur le blog à la prochaine connexion internet.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

jp 16/07/2010 18:25


salut à toi oh marc, moi aussi de retour de congés; j'aime bien partir avant le rush estival. De retour du Lubéron et du vercors (splendide).
On sent la joie dans ton mesage qui il est vrai parait difficile a éviter vu l'accueil que tu reçois mais si tu reçois c'est que tu donnes. Profites bien. La marseillaise était bien?!!


yvon 01/07/2010 17:03


Toujours autant plaisir à suivre ce beau périple. Je pars vendredi prochain en vacances vers la Charente (mais pas en bateau) si tu passes d'ici là sur Dunkerque, fais mois signe. Sinon, je
retrouverai bien ta trace en Bretagne ou quelque part ailleurs pour trinquer. n@vicalement Yvon


Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o