Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2010 7 18 /07 /juillet /2010 11:41


Nous, les navigateurs à la voile, sommes très dépendants, voire captifs.
Qui ne pense pas que la vie et le voyage en voilier sont l’image même de la liberté ? On va où on veut quand on veut. Légende. Rien n’est plus inexact.
Nous avons deux maîtres, incontournables : Neptune et Eole. Dieux, soit disant, de la mer et du vent.
Si Neptune se met parfois en colère, c’est en général parce qu’Eole manifeste quelque chose, fait des siennes. Et Neptune ne peut rien contre ça. On ne négocie pas avec Eole. En fait c’est lui le maître. Incontestablement.
Si vous avez lu les épisodes précédents du sillage de VoLuMondu, vous savez que Eole nous a fait la farce de partir souffler ailleurs que sur les eaux de la mer du Nord et de la Manche alors qu’en général, quand il va s’époumoner dans d’autres contrées, il laisse dans le coin un ou deux de ses assistants pour s’occuper des petits bateaux aux voiles blanches. Ou colorées.


6 0116 Cette fois il a emmené ses acolytes avec lui, laissant Neptune se reposer lors de notre passage.
Au départ de Paimpol cependant, quelques petits souffles asthmatiques nous ont quand même permis de faire deux heures de voile. En plus, vent de travers. Le rêve ! Incroyable ! La première fois depuis la Suède !
Puis, comme nous avons changé de direction, nous l’avons eu de face, comme toujours. Puis plus rien, bien sûr.

S'en est suivi une agréable promenade estivale par la réserve des Sept Iles et sa colonie de fous de Bassans, véritables fusées piquant vers la mer et se transformant au contact de l'eau en torpilles pour attraper les proies repérées depuis les airs.

6 0034-copie-2

 

 

 

6 0088

6 0098

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Petite parenthèse à ce sujet, vous pouvez facilement admirer ce merveilleux spectacle de la nature, (je ne pense pas que les poissons soient d'accord avec ça. mais bon, je ne pense pas non plus qu'il y ait des poissons qui lisent mon blog), en allant voir le film "Océans" de Jacques Perrin. Même si vous n'avez pas une attirance particulière pour la mer, allez-y, emmenez vos enfants et votre grand mère. Personne ne restera indifférent devant ces images extraordinaires d'un beauté époustouflante.

Puis j'ai tenu à entrer dans le petit port de Ploumanach pour voir de près le délirant chateau de Costaérès posé sur son caillou.

6 01566 0013-copie-2

Escale nocturne à Port Blanc, bercés toute la nuit par un fort roulis suivi d’une journée très très inconfortable. Eole et Cie étant toujours en voyage sur d’autres eaux, cette fois c’est Neptune qui n’est pas vraiment de bonne humeur. Toute la journée forte houle associée à des vagues dans tous les sens, croisées, pyramidales, abruptes, irrégulières. Estomacs sensibles s’abstenir et préférer la chaise longue sur la plage.
Pas mécontents d’arriver le soir à l’Aber Wrac’h pour trouver un peu d’immobilité agrémentée de crêpes succulentes (Crêperie Le Captain pour les gourmands qui passeraient par là).
La deuxième partie de la nuit a été particulièrement calme et reposante car nous avons volontairement échoué le bateau à marée basse pour un contrôle du côté de l’hélice : nous y avons trouvé un gros paquet d’algues saucissonné avec du fil de pêche, ce qui était loin de nous assurer une propulsion optimale. Et comme les voiles ne nous servent à rien pour ça, autant faire le ménage sous la coque.

6 0168
Redépart à marée haute direction Brest en passant par le fameux chenal du Four entre le continent et les îles du Ponant, Ouessant, Molène et d’autres plus petites.
Enfin du vent de secteur nord est annoncé, pas bien fort mais dans la bonne direction. Enfin je vais pouvoir essayer mon spi et en plus dans le chenal du Four.
Caramba ! Encore raté. La faute à qui ? Je vous laisse deviner. Temps de demoiselle sur la mer d’Iroise. Bronzette sur le pont.
Au bout du chenal, on tourne à gauche pour entrer dans le goulet de Brest, 15 milles jusqu’au port du6 0177 Moulin Blanc.
Et là, miracle, je me pince, je me vide un seau d’eau de mer sur la tête pour être absolument certain que je ne tombe pas dans un délire psychotique: du vent ! 10 à 13 noeuds, de travers. Le bonheur !
On passe le goulet et on se retrouve dans la grande rade de Brest. Le vent est irrégulier, je me dis que ça serait quand même une juste récompense si nous pouvions aller jusqu’au bout, enfin en silence, après 950 milles au moteur. Et nous l'avons fait ! Je ne sais pas si je dois remercier Eole pour cette petite gratification de dernière minute.
Et en point d’orgue de ce moment magique, j’ai l’immense plaisir de trouver sur le ponton ma toute grande meilleure amie, Rosalie.
Belle émotion que ces retrouvailles. Avec Cédric ils étrennent leur beau bateau tout neuf, Agapes. Tout un programme.

6 0191
Vraiment super de se retrouver comme ça à la pointe de la Bretagne à 1000 km de chez nous.
Bernard repart vers sa Haute Savoie le lendemain de notre arrivée.
Les 3 jours suivants passés à quai seront bien ventés, comme par hasard.
Et le quatrième ? Je vous laisse deviner.
Direction l’île de Molène. Pas le moindre petit zéphyr de nouveau dans le chenal du Four.
Belle petite île, Molène. Grand calme, peu de monde. Je la visite en tous sens, en fais deux fois le tour par les rochers et les plages de galets. La côte ouest, faisant face au large, est assez sauvage. Tout le tour on peut voir à marée basse que l’île est entourée de hauts fonds rocheux où il ne doit pas faire bon s’aventurer quand les deux acolytes cités plus haut ont décidé de se donner la main.
Lors de ces ballades de bord de mer, j’ai pris l’habitude d’emporter des sacs plastiques et de ramasser les détritus que je trouve sur mon chemin. Sur cette île, pourtant très exposée aux vents d’ouest, je m’attendais à faire une récolte conséquente. En fait, non et c’est tant mieux. J’ai quand même rempli trois sacs, principalement de bouteilles plastiques et canettes de bière. La palme glauque revient cette fois aux buveurs de bière Kronembourg, ce sont eux qui ont laissé le plus de traces derrière eux, suivis d’assez loin par leur confrères de chez Heineken.
Je ne bois pas de bière et pourtant je m’efforce de ne laisser aucune trace de mon passage, où que je sois, et de plus, aussi souvent que je peux, j’essaie d’effacer les traces  disgracieuses de certains autres. Joindre l’utile à l’agréable.
Essayez, c’est facile, vous verrez.
Bien entendu, comme je ne navigue pas ces deux jours, le vent est bien présent. Et le troisième pour mon départ pour Camaret ? Vous avez deviné....
Alors je vous le dis, je l’affirme et je pense avoir toute la légitimité pour le faire après autant d’expériences concordantes et donc révélatrices, Eole n’est pas le dieu des vents mais en est indéniablement le diable. Un diable sacrement farceur et.... diabolique.
Mais surtout, n’allez pas lui souffler cela à l’oreille, peut-être qu’il est susceptible (c’est souvent susceptible les diables) en plus, et j’ai encore besoin de lui pour pas mal de temps, en espérant qu’il ira prochainement faire ses farces à quelqu’un d’autre...

6 0144

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bernard Duméry 02/08/2010 23:31


Bonjour,
Propriétaire du Mercator 105 N°2,récemment mis à l'eau, je rencontre deux problèmes majeurs :une barre très dure, une marche arrière qui demande une erre importante pour être bien maîtrisée;
Ces problèmes existent-ils sur le Mercator N°1?
Merci pour les conseils éventuels et bravo pour le blog.
Bernard.


Françoise 31/07/2010 14:05


Bonjour Marc , à La Rochelle , le vent ne fait jamais défaut ... c'est le pays des voileux . quand à savoir s'il souffle dans la bonne direction , je ne sais pas ... Amicalement et bon vent .


Marie 21/07/2010 19:51


Merci Marc
J'ai causé à Eole et Neptune en ta faveur et bien ... ils s'en moquent et n'en feront qu'a leur tête!
besos Marie


ydikoi 18/07/2010 22:31


Bonjour marc,

maintenant que les lattitudes nordiques sont derrière toi (du moins pour l'instant), je ne crois pas avoir lu de petit billet récapitulatif sur Vol du Mondu …je ne sais si je suis le seul, mais je
serais bien intéressé de voir ta belle plume parler un peu de lui …stp :)


Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o