Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 11:50

Et voilà, c'est reparti après quelques mois d'immobilité dans le port de Svolvaer aux îles Lofoten.6 0010

Mis à part l'obscurité hivernale, pas très drôle il faut le reconnaître, j'ai beaucoup apprécié ce séjour nettement au dessus du cercle polaire arctique. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, les hivers n'y sont pas très rigoureux. Cet hiver a été particulièrement froid avec des températures qui sont descendues ponctuellement jusqu'à -12°C. Il a fait combien chez vous, nettement plus au sud ?

Il a aussi beaucoup neigé par rapport aux années précédentes, pas de problème pour moi, j'adore ça les paysages enneigés. Connaissez-vous quelque chose de plus délicat et silencieux qu'un gros flocon blanc qui se pose sur l'eau sombre de la mer endormie ?

Avril venu, pas question de se découvrir d'un fil mais les amarres sont dégelées et elles peuvent être larguées du ponton.

Il est temps d'aller dire au revoir à tous ces gens rencontrés et qui ont habités mon séjour. Ça pince un peu le coeur mais c'est comme ça, le sud m'appelle.

La première journée sera un peu dure pour une reprise, 60 milles (environ 100 km) avec un joli vent portant mais surtout une mer croisée avec les reliefs du coup de vent de la veille.

Résultat, j'ai rapidement et généreusement offert mon petit déjeuner à peine prédigéré aux poissons du fjord. Nul doute qu'ils ont dû apprécier la banane et le muesli au yaourt à la cerise.

Ça fait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé...6 0056

Sinon cette première journée s'est bien passée, 6 noeuds de moyenne, pas mal.

Quelques jours d'arrêt à Bodö et la descente sud ouest continue entre les calmes plats, les coups de vent, les averses de neige, les grains de pluie tout en slalomant pour éviter les promesses désagréables de gros nuages noirs. Et je prends un ris puis deux, pointes de vitesse à plus de huit noeuds, véritable plaisir, puis je remets toute la voile pour cinq minutes,  en reprendre deux quand ce n'est pas trois, je roule puis déroule le génois, je sors la trinquette, tiens, plus de vent, comme par hasard. Je renvoie tout, ce qui fait, bien entendu, revenir le vent, trop fort, bien sûr. On ne s'ennuie pas sur un bateau, vous savez.

6 0028-copie-1 6 0031 

6 0055

Le lendemain, le menu est très différent, faudrait pas se lasser quand même, c'est moteur tout la journée et Baltic, qui a horreur de ça, passe sa journée à dormir sous la housse de grand voile.


6 0019
6 0069 

6 0025

C'est ça la navigation à la voile, soit pas assez de vent, soit trop. Heureusement que je sais ça depuis longtemps et que je l'accepte, ça évite de vivre dans une frustration continuelle et de se dire que finalement passer la tondeuse sur son carré de gazon, ça doit pas être si mal. 

Mais la tondeuse on ne la passe pas si il pleut, pas le dimanche à cause des voisins, c'est pénible si il fait trop chaud, c'est un éternel recommencement.

Tout compte fait, je préfère labourer la surface de la mer, même si c'est poussé par le moteur, ou rester coincé dans un port ou même me faire secouer sur la crête des vagues, et sans frustration.

Je suis plus ou moins la route du Hurtigrutten, l'Express côtier qui relie tous les jours Bergen (au sud du pays) à Kirkenes (tout au nord, à la frontière russe), une véritable institution en Norvège, et je croise régulièrement un de ces navires.

6 0008

6 0012

 

 

Les paysages ont changé progressivement et les sommets alentours ont perdu la majesté des pics des Lofoten. Les îles sont maintenant parfois boisées, parfois c'est seulement du rocher nu.

 

 

 

 

 

 

 

 

A la latitude 66°33.39'N, j'ai recroisé le cercle polaire arctique et un monument sur un îlot rocheux le signale. Peu de monde sur l'eau, les rencontres sont assez rares.

6 00306 0038

Je constate que la température peut être une notion très relative. Qui, dans le sud de l'Europe, aurait l'idée de naviguer quand le thermomètre annonce deux petits degrés ? Même pas moi.

Ici, 2°C le matin, et même pendant la journée, pas de problème si on est bien équipé, bien sûr,  tshirt, short et tongs ce sera pour plus tard. Je me surprends même à ne pas porter de gants pour manoeuvrer...

Par contre, certains jours, 7°C et je n'arrive pas à me réchauffer. Allez comprendre...

gantsToujours sous la main, au choix en fonction de la température, de l'humidité et de ce qu'il y a à faire.

Et combien de fois par jour ai-je une pensée pour tous ceux qui sont obligés de rester dehors pour naviguer parce qu'ils ne peuvent rien voir à l'extérieur quand ils sont à l'intérieur du bateau?

6 0026


Deux jours d'escale à Trondheim, la troisième ville de Norvège et c'est là que je prends vraiment 6 0042conscience que j'ai quitté le grand nord.

Je retrouve la soit-disant civilisation avec ses attributs attirants pour certains, attributs de pacotille pour moi: grosses voitures, magasins qui ferment entre 18 et 19h (16h dans le nord), sauf les supermarchés qui jouent les prolongations jusqu'à 23h, mendiants dans les rues, caméras de vidéosurveillance omniprésentes (dormez tranquille braves gens...), containers à poubelles cadenassés (je ne sais pas si c'est pour qu'on y mette rien dedans ou au contraire pour ne pas qu'on y récupère des choses). Et je ferme à clé le bateau quand je m'en éloigne un peu...

Lofoten nostalgie...

Par contre, je retrouve de merveilleux mouillages dans des petites criques bien protégées, domaines du calme et du silence. Même Baltic semble rêveuse dans ces lieux.


6 0038 2  6 0007

 

 

Finalement, en avançant à la vitesse ébouriffante d'environ 10 km/h, on fait quand même du chemin et je suis ce soir à Kristiansund, c'est à dire que j'ai déjà parcouru plus de 500 milles nautiques soit plus de 900 km.

La suite sera moins rapide en direction du sud car je vais très prochainement arriver dans la région des fjords. Certes, j'ai déjà vu pas mal de fjords mais ceux qui vont se présenter devant l'étrave de VoLuMondu sont l'image que nous avons tous de la Norvège, ces vallées marines très encaissées qui s'insinuent sur des dizaines voire des centaines de kilomètres à l'intérieur des terres.

Mais ça c'est une autre histoire pas encore vécue.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

j-p 10/05/2010 20:33


bon, ça y est, la nav' est lancée; même si je pense que ça n'a pas été facile de quitter ton quartier d'hivernage (d'un point de vue ambiance, rythme, et humain), tu dois apprécier de pouvoir
naviguer à nouveau malgré le repas aux poissons!! et Le Chat, pas malade?
Merci pour tous ces beaux reportages de cet hiver mais ceux à venir commencent bien avec encore des nouvelles belles photos.
Bonnes "réadaptation" à la civilisation et ses travers mais il faut l'espérer également je l'espère de trés belles choses.
Bon vent


Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o