Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2011 1 30 /05 /mai /2011 21:00


Après cette longue pose charentaise, Vo Lu Mondu a quitté son bain de vase dont il a profité à Mortagne sur Gironde.

  P1030140

Il est resté à l’eau tout l’hiver parce que le chantier n’a pas fait le nécessaire pour le mettre à terre comme prévu. Résultat, il repart comme il est arrivé, sans les travaux que j’avais prévus de réaliser et avec une carène bien sale. On verra ça plus tard.
Le chenal de Mortagne est embouqué au petit matin, à marée haute, seul moment où il est praticable.

6 0213

6 0246

6 0142  6 0143

 

La Gironde est descendue avec le courant jusqu’à la pointe de Grave et, en laissant le beau phare de Cordouan à tribord, le cap est mis au sud ouest, direction la côte nord espagnole.
Ma première intention était de me diriger directement à l’ouest pour aller passer l’été au Québec mais, c'est bien connu, un programme n'existe que pour avoir la possibilité d'être modifié. Donc, je sors de ma bibliothèque mes livres pour apprendre l’espagnol.
Si vous suivez ce blog, vous savez qu’Eole et moi on est pas vraiment copains. Moi je n’ai rien contre lui mais lui, je ne sais pas pourquoi, il me boude. Depuis mon départ, j’ai beaucoup plus utilisé le moteur que les voiles. Avantage cependant, pas de tempête, il y a toujours du positif quand on cherche...
Comme je me suis fait très discret depuis un certain nombre de mois, peut-être qu’il m’a oublié...
Donc nous voilà partis pour une traversée du souvent redouté golfe de Gascogne. Les vents, les vagues qu’on peut y rencontrer viennent de traverser un océan entier sans le moindre obstacle terrestre pour diminuer leur intensité donc ça peut être ni sympathique ni confortable comme navigation.
Vous connaissez le golfe persique et le golfe du Mexique. Qu’est ce qu’on y trouve dans ces golfes ? Du pétrole.
Et dans le golfe de Gascogne, qu’est ce que j’ai trouvé ? De la pétole.
Pour les non initiés, la pétole c’est quelque chose de redouté par les navigateurs, autant que les coups de vents pour certains. La pétole, c’est la panne de vent, pas un souffle, pas un pet d’air comme on dit sur le Léman, pas un louf, que dalle !
Donc entre ces différents golfes, il y a comme un r de différence. Pétrole, pétole, la même tristesse...
Eh voilà, une fois de plus, je me retrouve à griller du pétrole dans mon moteur.
Après la mer de Norvège, la mer du Nord, la Manche, le raz Blanchard, le chenal du Four, le raz de Sein, tous ces endroits qui peuvent être très mal famés, maintenant le golfe de Gascogne sans air !
Eole, tu m’entends ? Mais qu’est ce que je t’ai fait pour que tu m’en veuilles à ce point ?
Bon d’accord, j’ai pu faire 7 à 8 heures de voile sur les 40 de la traversée jusqu’à Santander, mais bon, peut-être que tu pourrais faire un effort pour que ça dure un peu plus. Ces quelques heures à la voile, c’était parfait. 10 à 15 noeuds de vent au près bon plein (c’est à dire sans devoir remonter le plus possible dans la direction du vent), vitesse autour de 6 noeuds, hmmmm, c’était bon !
Bon mais court.
Et puis quand il n’y a pas de vent et qu’on est travers à la houle du large, il se passe quoi quand on n’a pas navigué depuis un bon moment ? Eh bien on a le mal de mer.
Pas de vent, des vagues qui vous remuent bien, réaction rapide de votre système digestif... Je vous passe les détails...
Arrivée au milieu de la nuit à Santander, l’ancre posée sur le fond de sable et pas besoin de berceuse (!) pour rejoindre les bras de Morphée.
2 jours de repos plus que nécessaires et cap à l’ouest cette fois pour se poser quelques jours dans la baie de San Vicente de la Barquera.
Et vous savez pas quoi ? Pas d’air pour y aller, pétole. Allez, je rajoute un r et j’ai de quoi faire tourner mon moteur.
La conclusion que je tire de ça ?
Si j’avais autant de pétrole que de pétole, je serais richissime et je financerais des recherches pour développer un moteur qui marche à... l’eau de mer. A priori je devrais toujours en trouver et en quantité inépuisable.
Comme quoi, mine de rien, ou plutôt l’air de rien, juste une petite lettre ça peut vous changer un destin.

P.s. : autre solution, j'arrête le bateau et je commence... le golf. Au moins là, quand il n'y a pas d'air c'est un avantage.

  o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

j-p 04/06/2011 17:13


Oui du plaisir à te relire mais surtout voir que tu as repris la mer, sans vent certe mais en mer tout de même!
As tu des objectifs en terme de délai? car sinon pourquoi naviguer si tu sais qu'il n'y a pas de vent du tout, avec la météo marine info sur ce sujet ou pas?
Allez Bon vent euh pardon bon moteur!! je te laisse je vais bosser sur les finitions de travaux d'un dériveur que nous avons récupérer cet hiver; il était à l'abandon et avec un collègue du village
on s'est donné défi de le faire naviguer avant fin juin...


cmaury 31/05/2011 20:54


j'ai vu plusieurs fois volumondu a Mortagne, le notre est au port à sec, je lis et relis toujours votre blog avec plaisir (humour et philosophie ), d'autant plus que nous avons pour objectif ...la
Norvège.
Bon vent jusqu'en Galice (si si, ça existe!).


Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o