Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juin 2013 7 16 /06 /juin /2013 13:21

A la demande générale et unanime de ma copine Marie, je ne peux évidemment pas le lui refuser, voilà encore des photos de dauphins, sujet inépuisable.

Et un immense merci à mon ami Pedro qui me permet de les admirer de près et si souvent.

Allez voir son site internet, il y des photos et aussi de belles vidéos sous marines.

www.hortacetaceos.com

Facebook : hortacetaceos

Plusieurs espèces de dauphins fréquentent les eaux açoriennes : dauphin commun (delphinus delphis), grand dauphin (tursiops truncatus), dauphin de Risso (grampus griseus) , globicéphale (globicephala melas), dauphins tachetés (stenella frontalis).

On en rencontre l'une ou plusieurs espèces pratiquement à chaque sortie en mer, souvent en groupe de plusieurs dizaines si ce n'est plusieurs centaines. Quel immense plaisir de naviguer au milieu des dauphins communs !!! A droite, à gauche, devant, derrière, il arrivera bien une fois où il y en aura un qui sautera au dessus du bateau ou même tombera dans le bateau.

Chaque sortie est différente, on ne sait jamais ce qu'on va rencontrer, le plaisir de la découverte éternellement renouvelé. Quand je pense qu'un matin, lors de la traversée Est Ouest de l'Atlantique, quand je me suis réveillé, mon équipière m'a dit que juste avant il y avait plein de dauphins autour du bateau. Et lorsque je lui ai dis qu'elle aurait dû me réveiller elle m'a répondu : "mais tu en as déjà tellement vu que ce n'était pas la peine que je t'appelle." Mais non, lui ai-je dit, à chaque fois c'est nouveau, c'est toujours comme si c'était la première fois.

Et même si ce n'est qu'un seul individu, même un soit disant "commun", ça met du soleil dans ma journée, toute la journée et même la nuit suivante.

Le dauphin, c'est une machine à mettre le sourire sur tous les visages et du bonheur dans tous les esprits.

Pas vrai, Marie ?

Ils sont vraiment porteurs d'images positives, joie de vivre, liberté, vie sociale, etc... J'avais écrit dans un article précédent ("Petit matin calme" 2 juillet 2011) qu'ils représentaient pour moi l'image de la perfection.

Certains ont toujours l'air de sourire comme le grand dauphin, la bonne humeur apparente perpétuelle.

Il y a sûrement d'autres raisons qui font qu'ils nous paraissent si sympathiques, si attrayants.

Hélas cela ne leur est pas toujours favorable, tous ces beaux aspects amènent beaucoup d'entre eux à la captivité dans les parcs aquatiques, qu'ils s'appellent seaworld ou marineland ou autres.

Qu'est qu'ils ont fait pour mériter de se retrouver en milieu carcéral car c'est bien d'emprisonnement qu'il s'agit ? Condamnés à perpétuité pour la faute grave d'être sympathiques ?

Et même si on essaie de nous faire croire qu'ils ne sont pas malheureux dans ces bassins artificiels de dimensions forcément réduites comparés à leur milieu naturel, il n'y a qu'à les voir "jouer", réussir des prouesses acrobatiques, toujours avec le même sourire donc heureux, il faut le dire, le répéter, le faire savoir, ils ne sont pas heureux dans de telles conditions de vie, leur espérance de vie est considérablement réduite par rapport à une vie normale en liberté. Ils survivent bien souvent grâce à des traitements médicamenteux, victimes de maladies. Et quand l'un deux meurt, parfois d'ennui, il est vite remplacé par un autre (qui verrait la différence ?) prélevé dans la nature. Et pour un animal qui arrive dans ces parcs, combien sont capturés et meurent avant d'arriver dans ces prisons aquatiques ?

Tout cela pour offrir des spectacles de cirque avec des animaux qui ne sont que des fantômes de ce qu'ils sont réellement dans leur milieu naturel (comme les lions, tigres, et... dans les ménageries des cirques) et surtout tout cela pour un maximum de profit financier car c'est la motivation principale.

Ce n'est pas pour rien que d'anciens "soigneurs" de dauphins captifs passent dans le camp de ceux qui veulent obtenir l'interdiction de la détention de cétacés dans ce genre d'endroits et la libération de ceux qui s'y trouvent actuellement.

Donc, si vous voulez admirer ces êtres merveilleux, ce n'est pas dans ces parcs d'attraction qu'il faut aller, surtout pas. Cela ne ferait qu'encourager à la persistance de l'existence, voire au développement, de ces prisons. Essayez donc d'avoir l'opportunité de venir dans des lieux comme les Açores pour ressentir l'émotion fabuleuse ressentie lors de ces rencontres ou bien contentez-vous de les apprécier sur les écrans de télévision ou d'ordinateur. Bien sûr ce n'est pas pareil, les sensations seront très différentes mais vous verrez des animaux libres qui ne demandent qu'une chose : qu'on les laisse vivre leur vie dans leurs grands espaces océaniques.

Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.

Dauphins communs (qui n'ont de commun que le nom). Je leur préfère la dénomnation latine : delphinus delphis. C'est comme si on les appelait deux fois "dauphin" tellement ils sont beaux. Ils sont colorés, vifs, toujours spectaculaires, ils aiment bien accompagner les bateaux, de vrais compagnons pour les navigateurs. On ne s'ennuie jamais quand ils sont là. Ils sont résident à l'année aux Açores.

Globicéphales. Ce sont de gros dauphins, en général en groupe plus ou moins nombreux. Parfois ils accompagnent un moment les bateaux comme cela m'était arrivé dans le golfe de Gascogne en octobre dernier. Ils sont migrateurs en principe et passent l'hiver dans les eaux de l'archipel des Canaries. Il semblerait que certains viennent de Méditerranée et d'autres seraient résidents aux Açores.
Globicéphales. Ce sont de gros dauphins, en général en groupe plus ou moins nombreux. Parfois ils accompagnent un moment les bateaux comme cela m'était arrivé dans le golfe de Gascogne en octobre dernier. Ils sont migrateurs en principe et passent l'hiver dans les eaux de l'archipel des Canaries. Il semblerait que certains viennent de Méditerranée et d'autres seraient résidents aux Açores.
Globicéphales. Ce sont de gros dauphins, en général en groupe plus ou moins nombreux. Parfois ils accompagnent un moment les bateaux comme cela m'était arrivé dans le golfe de Gascogne en octobre dernier. Ils sont migrateurs en principe et passent l'hiver dans les eaux de l'archipel des Canaries. Il semblerait que certains viennent de Méditerranée et d'autres seraient résidents aux Açores.

Globicéphales. Ce sont de gros dauphins, en général en groupe plus ou moins nombreux. Parfois ils accompagnent un moment les bateaux comme cela m'était arrivé dans le golfe de Gascogne en octobre dernier. Ils sont migrateurs en principe et passent l'hiver dans les eaux de l'archipel des Canaries. Il semblerait que certains viennent de Méditerranée et d'autres seraient résidents aux Açores.

Dauphins de Risso. Ils ont la particularité de naitre gris foncé puis, lors de contacts entre eux lorsqu'ils socialisent, ils se couvrent de cicatrices blanches qui donnent parfois l'impression qu'ils sont couverts de graffitis. Plus ils sont vieux et plus ils sont blancs, certains presque entièrement. Ils nagent souvent lentement en groupe assez nombreux et ne sont généralement pas attirés par les bateaux. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins de Risso. Ils ont la particularité de naitre gris foncé puis, lors de contacts entre eux lorsqu'ils socialisent, ils se couvrent de cicatrices blanches qui donnent parfois l'impression qu'ils sont couverts de graffitis. Plus ils sont vieux et plus ils sont blancs, certains presque entièrement. Ils nagent souvent lentement en groupe assez nombreux et ne sont généralement pas attirés par les bateaux. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins de Risso. Ils ont la particularité de naitre gris foncé puis, lors de contacts entre eux lorsqu'ils socialisent, ils se couvrent de cicatrices blanches qui donnent parfois l'impression qu'ils sont couverts de graffitis. Plus ils sont vieux et plus ils sont blancs, certains presque entièrement. Ils nagent souvent lentement en groupe assez nombreux et ne sont généralement pas attirés par les bateaux. Ils sont résident à l'année aux Açores.
Dauphins de Risso. Ils ont la particularité de naitre gris foncé puis, lors de contacts entre eux lorsqu'ils socialisent, ils se couvrent de cicatrices blanches qui donnent parfois l'impression qu'ils sont couverts de graffitis. Plus ils sont vieux et plus ils sont blancs, certains presque entièrement. Ils nagent souvent lentement en groupe assez nombreux et ne sont généralement pas attirés par les bateaux. Ils sont résident à l'année aux Açores.

Dauphins de Risso. Ils ont la particularité de naitre gris foncé puis, lors de contacts entre eux lorsqu'ils socialisent, ils se couvrent de cicatrices blanches qui donnent parfois l'impression qu'ils sont couverts de graffitis. Plus ils sont vieux et plus ils sont blancs, certains presque entièrement. Ils nagent souvent lentement en groupe assez nombreux et ne sont généralement pas attirés par les bateaux. Ils sont résident à l'année aux Açores.

Dauphins bleu et blanc. Eux, ce sont les speedy gonzales des dauphins. Ca fonce à toute vitesse, ça saute, ça gicle dans tous les sens, toujours très spectaculaires, pas faciles à photographier, surtout qu'ils ne viennent généralement pas près des bateaux. Bref, avec eux, c'est le grand show assuré à chaque instant. Ils sont migrateurs et passent l'hiver dans les Caraïbes.
Dauphins bleu et blanc. Eux, ce sont les speedy gonzales des dauphins. Ca fonce à toute vitesse, ça saute, ça gicle dans tous les sens, toujours très spectaculaires, pas faciles à photographier, surtout qu'ils ne viennent généralement pas près des bateaux. Bref, avec eux, c'est le grand show assuré à chaque instant. Ils sont migrateurs et passent l'hiver dans les Caraïbes.
Dauphins bleu et blanc. Eux, ce sont les speedy gonzales des dauphins. Ca fonce à toute vitesse, ça saute, ça gicle dans tous les sens, toujours très spectaculaires, pas faciles à photographier, surtout qu'ils ne viennent généralement pas près des bateaux. Bref, avec eux, c'est le grand show assuré à chaque instant. Ils sont migrateurs et passent l'hiver dans les Caraïbes.

Dauphins bleu et blanc. Eux, ce sont les speedy gonzales des dauphins. Ca fonce à toute vitesse, ça saute, ça gicle dans tous les sens, toujours très spectaculaires, pas faciles à photographier, surtout qu'ils ne viennent généralement pas près des bateaux. Bref, avec eux, c'est le grand show assuré à chaque instant. Ils sont migrateurs et passent l'hiver dans les Caraïbes.

© Marc Perrussel

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article

Repost 0

commentaires

marie 23/07/2013 18:26

Je ne m'en lasse pas, du bonheur en liberté........

marie 28/06/2013 10:23

MERCI BESOS

Françoise 16/06/2013 19:49

Belles rencontres ...et superbes photos comme les précédentes .
Merci Marc

Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o