Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 11:50

Et voilà, c'est reparti après quelques mois d'immobilité dans le port de Svolvaer aux îles Lofoten.6 0010

Mis à part l'obscurité hivernale, pas très drôle il faut le reconnaître, j'ai beaucoup apprécié ce séjour nettement au dessus du cercle polaire arctique. Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, les hivers n'y sont pas très rigoureux. Cet hiver a été particulièrement froid avec des températures qui sont descendues ponctuellement jusqu'à -12°C. Il a fait combien chez vous, nettement plus au sud ?

Il a aussi beaucoup neigé par rapport aux années précédentes, pas de problème pour moi, j'adore ça les paysages enneigés. Connaissez-vous quelque chose de plus délicat et silencieux qu'un gros flocon blanc qui se pose sur l'eau sombre de la mer endormie ?

Avril venu, pas question de se découvrir d'un fil mais les amarres sont dégelées et elles peuvent être larguées du ponton.

Il est temps d'aller dire au revoir à tous ces gens rencontrés et qui ont habités mon séjour. Ça pince un peu le coeur mais c'est comme ça, le sud m'appelle.

La première journée sera un peu dure pour une reprise, 60 milles (environ 100 km) avec un joli vent portant mais surtout une mer croisée avec les reliefs du coup de vent de la veille.

Résultat, j'ai rapidement et généreusement offert mon petit déjeuner à peine prédigéré aux poissons du fjord. Nul doute qu'ils ont dû apprécier la banane et le muesli au yaourt à la cerise.

Ça fait bien longtemps que ça ne m'était pas arrivé...6 0056

Sinon cette première journée s'est bien passée, 6 noeuds de moyenne, pas mal.

Quelques jours d'arrêt à Bodö et la descente sud ouest continue entre les calmes plats, les coups de vent, les averses de neige, les grains de pluie tout en slalomant pour éviter les promesses désagréables de gros nuages noirs. Et je prends un ris puis deux, pointes de vitesse à plus de huit noeuds, véritable plaisir, puis je remets toute la voile pour cinq minutes,  en reprendre deux quand ce n'est pas trois, je roule puis déroule le génois, je sors la trinquette, tiens, plus de vent, comme par hasard. Je renvoie tout, ce qui fait, bien entendu, revenir le vent, trop fort, bien sûr. On ne s'ennuie pas sur un bateau, vous savez.

6 0028-copie-1 6 0031 

6 0055

Le lendemain, le menu est très différent, faudrait pas se lasser quand même, c'est moteur tout la journée et Baltic, qui a horreur de ça, passe sa journée à dormir sous la housse de grand voile.


6 0019
6 0069 

6 0025

C'est ça la navigation à la voile, soit pas assez de vent, soit trop. Heureusement que je sais ça depuis longtemps et que je l'accepte, ça évite de vivre dans une frustration continuelle et de se dire que finalement passer la tondeuse sur son carré de gazon, ça doit pas être si mal. 

Mais la tondeuse on ne la passe pas si il pleut, pas le dimanche à cause des voisins, c'est pénible si il fait trop chaud, c'est un éternel recommencement.

Tout compte fait, je préfère labourer la surface de la mer, même si c'est poussé par le moteur, ou rester coincé dans un port ou même me faire secouer sur la crête des vagues, et sans frustration.

Je suis plus ou moins la route du Hurtigrutten, l'Express côtier qui relie tous les jours Bergen (au sud du pays) à Kirkenes (tout au nord, à la frontière russe), une véritable institution en Norvège, et je croise régulièrement un de ces navires.

6 0008

6 0012

 

 

Les paysages ont changé progressivement et les sommets alentours ont perdu la majesté des pics des Lofoten. Les îles sont maintenant parfois boisées, parfois c'est seulement du rocher nu.

 

 

 

 

 

 

 

 

A la latitude 66°33.39'N, j'ai recroisé le cercle polaire arctique et un monument sur un îlot rocheux le signale. Peu de monde sur l'eau, les rencontres sont assez rares.

6 00306 0038

Je constate que la température peut être une notion très relative. Qui, dans le sud de l'Europe, aurait l'idée de naviguer quand le thermomètre annonce deux petits degrés ? Même pas moi.

Ici, 2°C le matin, et même pendant la journée, pas de problème si on est bien équipé, bien sûr,  tshirt, short et tongs ce sera pour plus tard. Je me surprends même à ne pas porter de gants pour manoeuvrer...

Par contre, certains jours, 7°C et je n'arrive pas à me réchauffer. Allez comprendre...

gantsToujours sous la main, au choix en fonction de la température, de l'humidité et de ce qu'il y a à faire.

Et combien de fois par jour ai-je une pensée pour tous ceux qui sont obligés de rester dehors pour naviguer parce qu'ils ne peuvent rien voir à l'extérieur quand ils sont à l'intérieur du bateau?

6 0026


Deux jours d'escale à Trondheim, la troisième ville de Norvège et c'est là que je prends vraiment 6 0042conscience que j'ai quitté le grand nord.

Je retrouve la soit-disant civilisation avec ses attributs attirants pour certains, attributs de pacotille pour moi: grosses voitures, magasins qui ferment entre 18 et 19h (16h dans le nord), sauf les supermarchés qui jouent les prolongations jusqu'à 23h, mendiants dans les rues, caméras de vidéosurveillance omniprésentes (dormez tranquille braves gens...), containers à poubelles cadenassés (je ne sais pas si c'est pour qu'on y mette rien dedans ou au contraire pour ne pas qu'on y récupère des choses). Et je ferme à clé le bateau quand je m'en éloigne un peu...

Lofoten nostalgie...

Par contre, je retrouve de merveilleux mouillages dans des petites criques bien protégées, domaines du calme et du silence. Même Baltic semble rêveuse dans ces lieux.


6 0038 2  6 0007

 

 

Finalement, en avançant à la vitesse ébouriffante d'environ 10 km/h, on fait quand même du chemin et je suis ce soir à Kristiansund, c'est à dire que j'ai déjà parcouru plus de 500 milles nautiques soit plus de 900 km.

La suite sera moins rapide en direction du sud car je vais très prochainement arriver dans la région des fjords. Certes, j'ai déjà vu pas mal de fjords mais ceux qui vont se présenter devant l'étrave de VoLuMondu sont l'image que nous avons tous de la Norvège, ces vallées marines très encaissées qui s'insinuent sur des dizaines voire des centaines de kilomètres à l'intérieur des terres.

Mais ça c'est une autre histoire pas encore vécue.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 17:35

 Je vous sollicite de nouveau (voir l'article  Eschrichtius robustus ) pour prendre la défense de la baleine grise.

 

La mobilisation s'intensifie pour la sauvegarde des baleines grises, continuons toujours plus nombreux.
La Commission Baleinière Internationale (CBI) se réunira fin mai et il faut vraiment empêcher que soit prise la décision d'un quota de chasse de 140 baleines grises. La population de cette espèce est déjà en déclin, cela ne ferait qu'accélérer sa disparition.
Faites un copié collé du message ci-dessous pour Mr Douglas, le député américain à la CBI, n'oubliez pas de signer.
Pour ceux qui ne comprennent pas l'anglais, ce message dit que:
" vous n'êtes pas d'accord que la délégation américaine à la CBI soutienne un quota de chasse de 140 baleines par an alors que des recherches sont en cours pour constater l'état de la population de cette espèce et investiguent sur les conséquences des principales menaces, en particulier les changements climatiques.
La seule action acceptable est un moratoire sur cette chasse."
Cela ne vous prendra qu'une petite minute, faites-le, s'il vous plaît.
Nous n'avons pas le droit de faire disparaître de la planète la plus ancienne des espèces de baleine, ni aucune autre espèce vivante par ailleurs.
Merci beaucoup pour votre participation.


à envoyer à:
douglas.demaster@noaa.gov

Doug,
I object to the US IWC delegation supporting an annual quota of 140 gray whales at the forthcoming IWC meeting. Until such time as there is independently reviewed current research which demonstrate the status of the population and investigates the ramifications of the major threats, particulary climate change, the only acceptable action is to request a moratorium.

With many thanks for your support.

Pour information:
 ACTION ALERT NO 3.  URGENT..

Hi Everyone,BG13

Here's a time sensitive Action Alert which asks the US International Whaling
Commission (IWC) Deputy Commissioner, Doug DeMaster, to seek a moratorium on
any Gray Whale quota at the forthcoming IWC meeting.

We really need to deluge Doug DeMaster with emails.  As a senior scientist
with National Marine & Fisheries, and an expert on climate change, he must
know how vulnerable the gray whales are to increasing seawater temperaturesBG23
and diminishing sea ice.

More and more people are joining the Coalition every day.  Messages of
support for the whales are coming in from all over the world.

The migration is continuing to demonstrate very low cow/calf pairs, and we
have just had confirmation that the count in the peak season week atBG3
Guerrero Negro and San Ignacio Laguna was down by 50% on last year's count.

We are the voice of the Gray Whales.  Let's yell loudly !

With warm regards,

Sue Arnold
CEO
California Gray Whale Coalition
Palo Alto CA 94303BG37
Ph: 650 322 4729
BG36

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photos glanées sur internet

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Repost 0
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 16:20

6 0004

 

         Pleine lune sur les îles Lofoten

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Repost 0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 16:10

Litloyfyr, le phare de Litloy ("la petite île" en norvégien), j'ai eu le privilège de pouvoir y séjourner pendant deux semaines.

Un de mes (très nombreux !) rêves était de passer quelques temps dans un phare sur une île, petite de préférence, du genre gros caillou battu par les vagues.

Grâce à de magnifiques rencontres dans les îles Lofoten, je me suis donc retrouvé, avec Baltic, ma petite chatte, dans cet environnement. 

Bon, il faut déjà y arriver dans ce coin perdu. 

Allez, Baltic dans ton panier, même si tu n'aimes pas trop ça.

Et c'est parti pour quatre heures de bus. Je n'y suis pas allé avec mon bateau car il n'y pas d'abri sûr aux abords de l'île en cas de mauvais temps, ce qui peut être fréquent sous ces latitudes à cette saison. Je vous avoue que dans mon rêve, il y a, si possible, une bonne tempête pendant que je suis dans le phare, du genre vent rugissant à 140 km/h et des vagues qui explosent au contact des rochers dans un vacarme de fin du monde et libérant avec leur folle énergie des panaches d'écume blanche qui se dispersent en nuages d'embruns salés. Finalement ce sera tempête... de beau temps pendant toute la durée de mon séjour, c'est bien aussi.

6 0014 6 0030

 

Le trajet se fait en grande partie sur des routes enneigées. On est à la montagne au niveau de la mer. Ici, à droite, les pistes de ski avec les remontées mécaniques, les tâches colorées qui descendent pour remonter aussitôt. Tiens, les pistes sont bordées par des rangées de lampadaires, il faut dire que si on veut skier en hiver, c'est indispensable car le jour est un peu court, deux à trois heures de luminosité (je ne parle pas de soleil !) de début décembre à début janvier. Là, à gauche des pistes de ski de fond, éclairées également. La route s'insinue entre des pics qui plongent souvent directement dans les fjords, elle contourne ces bras de mer par leur extrémité, les enjambe sur de majestueux ponts ou se glisse en douceur dessous dans des tunnels.

Baltic n'a pas aimé du tout un de ces boyaux souterrains sans éclairage et le chauffeur s'est empressé d'allumer le bus quand il l'a entendue bruyamment protester.

Il fait un temps splendide, le ciel est d'un bleu profond, la clarté est intense tant l'air arctique est pur.

Le bus me dépose à Vinje où il y a un petit port (2 pontons flottants). C'est là que j'ai rendez-vous avec Eléna Hansteensen, la propriétaire du phare, qui parle très bien français. Timing parfait, nous arrivons en même temps. Nouvelle expérience pour Baltic, dix à quinze minutes de bateau à moteur rapide pour rejoindre l'île. Heureusement la mer est parfaitement calme et le choc ne sera pas trop impressionnant.

L'île, d'une superficie de 0,67 km2, se trouve à six kilomètres du continent (une grande île en fait reliée au continent par un pont), elle représente la pointe sud de l'archipel des Vesteralen, voisin nordique de celui des Lofoten.

6 0038

6 0037

Nous arrivons à un petit ponton flottant et après avoir débarqué, la passerelle est relevée avec la grue pour éviter tout dégât en cas de mauvais temps.

6 0040

Le site est grandiose, le phare domine le tout du haut des cinquante cinq mètres de sa lanterne. Légèrement en contrebas, la maison qui était celle du garde-phare. Pour l'atteindre, une petite grimpette par des escaliers après avoir chargé les sacs dans le panier du petit téléphérique. non, je n'ai pas imposé l'expérience aérienne à Baltic, je pense qu'elle a eu sa dose d'émotions pour aujourd'hui.

Dans la maison, rencontre avec Kim, la nièce d'Eléna en vacances pour une semaine, et les 2 chats.

Donc, 3 habitants sur cette île, Eléna, Sirius, chat des forêts de Norvège et Sara, très belle chatte noire à poils longs.

Je laisse Baltic un moment dans son panier posé par terre pour qu'elle fasse connaissance avec ses nouveaux compagnons à poils. Sirius s'approche lentement mais sûrement pour affirmer sa position dominante. C'est lui le roi de l'île et Baltic le sent immédiatement.

6 0097

6 0028

 

 

Le roi, sentant que cette petite jeunette (1 an le 21 avril) ne va pas remettre en cause sa dominance,  l'accepte très facilement. Par contre, en ce qui concerne Sara, c'est une autre histoire. Elle voit d'un très mauvais oeil l'arrivée de cette rivale potentielle, ses réactions de jalousie seront évidentes et nous passerons de longs moments à observer leurs comportements interactifs. Le contentieux entre femelles ne s'atténuera pas pendant tout le séjour.

 

 

 

 

 

 

 

Le premier coup d'oeil par une des fenêtres me laisse bouche bée. La vue dominante sur le bras de mer avec en décor de fond les îles Lofoten enneigées jusqu'au niveau de l'eau est incroyablement belle. C'est un tableau, une oeuvre magnifique et il est difficile de détourner son regard pour apprécier l'intérieur tout blanc qui donne une ambiance très douce à cet endroit où je me sens très bien immédiatement.

6 0023

Eléna part de temps en temps pour des missions en Cisjordanie pour l'ONU ou d'autres organisations.

Elle a racheté le phare, la maison et la pointe sud de l'île il y a quatre ans avec l'intention d'y aménager des chambres d'hôtes. Elle a en fait un projet important d'aménagement avec les chambres, un restaurant, une salle de séminaire, atelier d'artistes. L'aménagement du phare lui-même n'est pas encore tout à fait défini.

6 0038

A l'heure actuelle, il s'agit de rénover la maison pour pouvoir accueillir prochainement les premiers hôtes,

trois chambres sont quasiment terminées, ainsi que la salle à manger, un salon bibliothèque et la cuisine ou sont préparés les repas en commun.

L'accord conclu avec Eléna est que je travaille dans la maison en échange du gîte et du couvert.

Donc, deux semaines de peinture, menuiserie, électricité, etc...6 0005

Le lendemain de mon arrivée, belle promenade avec des raquettes, il faut dire qu'il y a pas mal de neige cette année. C'est absolument magnifique et Kim prend grand plaisir à se laisser tomber dans la neige fraîche du haut de ses dix ans.

Eléna me montre les vestiges du peuplement de l'île datant de la première moitié du XXème siècle, il y avait un village de pêcheurs ici, ils étaient ainsi plus près de leurs zones de pêche à la morue alors que leurs embarcations étaient mues seulement à la rame.

Avec l'arrivée de la motorisation des bateaux, l'attrait d'une vie plus confortable sur le continent, avec 6 0030 2l'eau courante et l'électricité, a fait que les habitants ont quitté l'île et en 1950 il n'y résidait que les deux gardiens du phare et leurs familles.

En 1991 le phare a été automatisé et en 2003 les gardiens ont quitté l'île.

6 0027

Le phare a été construit en 1912 et est resté en activité jusqu'en 2009. Il a alors été remplacé par une 6 0017petite structure métallique installée juste à côté.

A la fin de son activité, la lanterne a utilisé des ampoules halogènes alors que précédemment c'était une lentille de Fresnel. Une lentille de Fresnel, c'est magnifique, Mise au point par Augustin Fresnel, elle a équipé la plus part des phares du monde. Celle du phare de Litloy se trouve actuellement dans les réserves d'un musée local et Eléna est en négociation pour qu'elle retrouve sa place dans le phare. Voici à quoi ressemble cet bel objet d'optique, ce n'est pas celle du phare mais une autre tout à fait ressemblante.

6 0028 2

S'il n'est plus éclairé, le phare abrite encore le groupe électrogène diesel qui alimente les installations dont la 6 0071maison. Un des défis auquel doit se mesurer Eléna est de trouver une solution énergétique alternative aussi écologique que possible. La solution pourrait venir de l'installation d'une éolienne et de panneaux solaires.

Pour l'eau de consommation, actuellement il y a deux réservoirs de 30 000 litres alimentés par l'eau de pluie. A terme, la solution de remplacement pourrait être une unité de désalinisation de l'eau de mer.

Tout ça est à l'étude actuellement.

 

                                                                                                          Elena faisant visiter son phare

Quant à la vie dans cet endroit isolé ? Paradis pour certains, enfer pour d'autres.

C'est une vie simple et calme bien sûr où le superflu n'a pas sa place. On doit se satisfaire des ressources de l'île, très peu et beaucoup à la fois, tout dépend de ce qu'on attend de la vie.

Pour les travaux, pas de supermarché de bricolage à proximité, même pas de voisin à qui demander quelques vis en dépannage, ici on ne jette pas les clous tordus, on les redresse.... Quant au bois pour faire des étagères, on utilise de la récupération de planches... J'adore ça ! Les moyens du bords. Lors de nos discussions avec Eléna, nous avons remarqué que la vie sur son île et la mienne sur le bateau avait beaucoup de points communs. Cependant, la plus grosse différence vient du fait qu'elle est sur un bateau fixe et moi sur une île mouvante donc, ses rencontres viennent à elle alors que je vais vers les miennes.

Si vous avez besoin d'agitation autour de vous, de restaurant, cinéma, magasins, voitures, bruit, etc..., la vie folle d'aujourd'hui, quoi, ce n'est pas la bonne adresse, je peux vous l'assurer.

Par contre, si l'observation des mouvements perpétuels de la mer vous ravit, de même que l'admiration du vol planant des aigles à queue blanche souvent harcelés par les goélands, ou la vue des bateaux de pêche au travail, vous êtes au bon endroit. En hiver la présence des aurores boréales dans la voûte céleste ou le soleil de minuit qui éclaire le souffle des baleines en été, vous fait toucher une autre dimension.

6 0089

6 0090

6 0091

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 0085

Combien de temps ai-je passé devant la fenêtre juste à regarder ce merveilleux spectacle de la nature ? Entre deux coups de pinceaux ou de tournevis, un coup d'oeil dehors, rien n'a changé depuis le précédent, ah si, la lumière, elle est différente et les couleurs se réchauffent avec la venue de la fin de l'après midi.

J'y suis resté deux semaines, je n'arrive pas à le croire, tout a passé tellement vite entre les ballades, les bricolages, les bons repas d'Eléna, le thé pris au soleil avec le roi Sirius appréciant notre compagnie et les rayons du soleil printanier sur son épaisse fourrure grise hivernale...

Et puis vient le moment où il faut repartir, même si on n'en a pas envie. mais après tout, l'île ne bougera pas, je sais maintenant où elle est, j'y reviendrai certainement un jour...

Le rêve est devenu réalité, mais il a fait des petits, je peux vous l'assurer.

 

Le site internet du phare: link

Message personnel pour Framboise qui m'a envoyé un joli message pour me dire que "faire de la peinture dans un endroit pareil, ça doit être comme repeindre les murs du paradis": murs du paradis ou de l'enfer, ça reste des murs et après une bonne partie de la journée sur une échelle, pas mécontent d'aller se coucher !

6 0072o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o


Repost 0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 16:43

Eschrichtius robustus, vous ne connaissez pas ? Il s'agit du nom scientifique de la baleine grise. C'est la plus ancienne espèce de baleine existante, plus de 3 millions d'années !

er

C'est une baleine assez grosse, 15 à 16 m, environ 30 à 35 tonnes qu'on ne rencontre plus que dans les eaux littorales de l'océan Pacifique où il subsiste deux populations:

- La première peuple en été la Mer de Béring et des Tchouktches, l'Océan Arctique sud,  puis lorsqu'elle migre chaque automne et chaque printemps, elle traverse les eaux côtières d'Alaska, du Canada, de Washington, de l'Oregon et de la Californie pour atteindre les eaux de Basse-Californie au Mexique où elle passe l'hiver. Environ 18 000 individus (en 2006/07 d'après le gouvernement américain).

- Le second groupe peuple la Mer d'Okhotsk en été, traverse la mer du Japon lorsqu'elle migre chaque automne et chaque printemps, et fréquente les eaux sud-coréennes en hiver. Environ 130 individus seulement, autant dire BG1probablement voués à une extinction à court terme.

 

Chaque année, au printemps, les individus de la première population migrent vers le Nord pour trouver des eaux froides riches en nourriture puis, en automne, ils reprennent la direction du Sud pour aller se reproduire dans les eaux chaudes et peu profondes des lagunes mexicaines où naissent les baleineaux. Sur ces trajets, les baleines se déplacent sur plus de 15000 km.

Ces migrations se font le long des côtes, rarement à plus d'un kilomètre au large et ce ne sont pas des promenades d'agrément.BG2

Les dangers sont importants:

- risque naturel que constituent les rencontres avec les orques qui n'hésitent pas à s'attaquer à ces proies faciles que sont les jeunes baleineaux.

- risque causé par les activités humaines: changements climatiques, recherche pétrolière, pollution sonore par les sonars militaires et civils, , pollutions chimiques, trafic maritime intense.

Cette espèce de baleine a une particularité, elle est extrêmement pacifique. Dans les lagunes mexicaines,

ces doux géants se laissent approcher et toucher. Elles viennent effleurer doucement des barques qui sont BG4trois fois plus petites qu'elles. Elles acceptent les caresses avec des mouvements d'une délicatesse infinie, tout en surveillant les petits qui font des cabrioles autour des embarcations avant de venir se reposer sur le corps massif de leurs mères. On ne peut rester insensible à un tel comportement, répétitif, de la part d'animaux sauvages qui ne reçoivent pas de nourriture en contrepartie, et pour lesquels il semblerait logique de s'éloigner et d'éviter l'homme. On n’observe donc pas les baleines grises comme on le fait pour d’autres cétacés en d’autres endroits de la planète où les visiteurs se contentent de quelques observations lointaines, d’étudier les souffles et d'apprendre divers faits scientifiques sur des animaux qui demeurent encore aujourd'hui largement mystérieux. Une rencontre avec une baleine grise est une rencontre proche, personnelle, avec une créature libre qui choisit elle-même, quand on lui en laisse la possibilité, de s’approcher des humains. Elle accompagne les bateaux comme le font parfois les dauphins, et va jusqu’à y conduire son petit, alors que l’espèce est connue pour être terriblement protectrice de ses jeunes. D’une telle rencontre, on repart ému, surpris ou bouleversé, mais toujours avec cette question qui ne nous quitte plus: "Pourquoi viennent-elles ainsi vers nous ?"

annaETbaleine2

 

Il faut savoir que ces magnifiques mammifères marins sont dans une situation très périlleuse.

En 1970, le gouvernement fédéral US a classé la baleine grise dans la liste des espèces en danger d'extinction. On dénombrait alors environ 12 000 individus.

En 1994, l'espèce a été retirée de la liste, leur nombre étant remonté à environ 23 000 individus.

En 1999/2000, la population a très fortement diminué, les estimations sont de l'ordre de 1/3 à 1/2 des effectifs de 1994 qui a disparu. Alors qu'on estime qu'il faut au moins 10 ans à une espèce de baleine pour se remettre d'une telle chute, non seulement le nombre des baleines grises n'a toujours pas retrouvé ce niveau en 2010 mais il continue à baisser.

Des recherches génétiques récentes suggèrent que la population originelle avoisinait 118 000 individus.

Bref, l'espèce est en péril et devrait être urgemment remise sur la liste des espèces en danger d'extinction. D'après les scientifiques qui l'étudient, au rythme actuel de la baisse des effectifs,

 elle disparaîtrait de la planète bleue d'ici 10 ans.

Pas de quoi se réjouir...

 

Et la situation est d'autant plus alarmante que, sous la pression du Japon, un des trois derniers pays qui chassent les cétacés, la chasse commerciale à la baleine grise pourrait reprendre avec un quota de 140 individus tués par année. Il est évident que cela ne ferait qu'accentuer le rythme de leur disparition.

La décision viendra lors de la réunion de la Commission Baleinière Internationale qui se tiendra au Maroc à partir du 27 Mai.

Pour arriver à ses fins, le Japon, qui ne s'en cache pas, achète les votes de petits pays pour qu'ils votent dans le "bon" sens et le risque pour les cétacés (pas seulement pour la baleine grise) est hélas bien réel.

Pour éviter cette catastrophe, et c'en est vraiment une, il faudrait que les USA et plus particulièrement l'état de Californie décide de protéger la baleine grise.

Nous avons un moyen de jouer un rôle dans cette histoire, et je vous le demande personnellement, faites-le: envoyez par email le texte suivant (en français et/ou en anglais)  aux deux adresses ci-dessous, deux sénateurs de l'Etat de Californie.

lynn_Abramson@boxer.senate.gov

Leah_Russin@feinstein.senate.gov


Faites un copier-coller du texte dans votre message.

Je proteste contre le projet de loi autorisant la destruction commerciale des baleines.Toutes les baleines sont en danger mais plus spécialement la baleine grise à cause du réchauffement climatique, de la pollution de l'eau et de la pollution sonore due à l'industrialisation tout le long de leur route de migration et du manque de nourriture à leur arrivée dans le nord à cause de la recherche pétrolière. La Californie devrait protéger les baleines  grises car elle sont sur le point de disparaître!

I do protest against the project of commercial whaling allowance! All the whales are in danger but the grey whale is near extinction because of climate change, pollution, increasing noise because of industrialisation along their migration route and less food because of petrol search at arrival.
California should protect the grey whales because they are about to disappear!

 

photos-2_0013.jpg

 

Bien sûr, c'est bien loin de l'Europe toute cette histoire mais quelle importance ! A-t-on le droit non pas de laisser disparaître une espèce mais de la faire disparaître sciemment sans qu'il ait  de bénéfice autre que financier pour une poignée d'individus cupides.

Je me permets d'insister sur ceci:

- cet animal a un comportement intelligent et amical envers l'homme

- c'est la plus ancienne espèce de baleine présente sur la planète

- c'est un être totalement pacifique (puissions-nous en prendre de la graine !)

- ce cétacé est déjà soumis à des difficultés croissantes liées aux activités de l'homme.

Je pense, et je ne suis pas le seul,  que, au contraire, c'est notre devoir d'humanité de faire tout notre possible pour la conserver dans le patrimoine vivant de la planète.

Si nous acceptons que les baleines soient rayées de ce monde, il n'y a aucune raison que nous n'acceptions pas la disparition d'autres espèces, dont la nôtre.

Vous êtes entre trente et cinquante à venir sur ce blog chaque jour, alors j'ose espérer que la grande majorité d'entre vous fera ce geste, ça vous prendra à peu près une minute ou deux, qu'est ce que c'est en comparaison des trois millions d'années d'existence de la baleine grise ?

Faites-le tout de suite, faites suivre l'information à tous vos contacts, il faut que nous soyons très très nombreux à envoyer ce message avant la réunion  de la Commission Baleinière Internationale qui débutera le 27 Mai et je ne peux que vous dire MERCI d'avance.

Pour information: link

BG3Un immense merci à Anna et Marie pour les photos.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Repost 0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 19:02
A la demande de Jean-Pierre, un fidèle lecteur du blog, je vais vous présenter une spécialité locale, le spark, la trottinette des neiges.
Vous l'avez peut-être remarqué dans mes articles précédents, c'est la grande saison du blanc ici dans les îles Lofoten. Quoi de plus normal au mois de mars au nord du cercle polaire arctique.

Pas de sel sur les routes, dans les rues ou sur les trottoirs, il en faudrait trop, ça coûte cher, sans parler de la pollution. Les chasse-neige font leur boulot, relayés par des engins de travaux publics et des camions pour évacuer les énormes tas de neige qui s'accumulent. Les routes et les rues se retrouvent recouvertes d'une couche relativement épaisse de neige tassée qui se transforme en glace en profondeur.
Donc on vit avec cette neige, glissante par définition, quoi faire d'autre ?
En conséquence, il ne viendrait à aucun conducteur l'idée de rouler sans pneus cloutés sur son véhicule (et même certains vélos!) et les piétons s'adaptent également: crampons fixés sous les chaussures, crampons sous les extrémités des cannes anglaises et pour beaucoup, surtout des personnes âgées, le spark.
5 0005
C'est un engin local qu'on pousse devant soi et qu'on pourrait l'appeler traîneau si vous y atteliez votre chien préféré ou éventuellement une personne de votre choix.
Il est constitué d'une superstructure (oui, je sais, ça fait vachement technique, mais je m'attaque à la description d'une chose extrêmement sophistiquée donc il faut un langage approprié) en bois composée de:
- deux montants parallèles inclinés vers l'arrière et portant aux extrémités supérieures un guidon également en bois
- deux longerons parallèles plus ou moins horizontaux supportant un siège constitués de six ou sept lattes de bois disposées perpendiculairement aux dits longerons
La superstructure sus citée est fixée sur deux longs patins d'acier qui comporte sur le dessus deux petits zigzags également en acier qui font office de repose-pieds.
Je vous dis pas de quelle école il fallait sortir pour inventer ça. Ça a l'air tout bête comme ça, mais, comme beaucoup de choses simples, il y a quelque chose qui fait que l'engin est parfait: les patins ne sont pas rigides longitudinalement et sont suffisamment souples pour qu'ils se courbent ce qui permet de diriger. Si, les patins étaient rigides, il serait impossible de tourner donc le tout serait inutilisable, sauf si on se contente d'aller en ligne droite, évidemment..
Il y a plusieurs manières de l'utiliser:

5 0025



- le pousser devant soi comme un déambulateur







5 0013-copie-1

- mettre un pied sur un patin à l'emplacement prévu pour
et pousser avec l'autre pied, comme sur une trottinette
5 0023-copie-2



- et dans les descentes, pour les plus téméraires, mettre les 2 pieds dessus et c'est parti pour un shuss d'enfer. Pour s'arrêter, grâce à la souplesse des patins, appliquer la technique du chasse-neige.
(Pas de photo, la mamie est passée trop vite, bip bip vrooooooooommm.......)

L'engin parfait, je vous dis.
Il y en a partout en ville, rangés et accrochés comme les vélos.
5 0004















5 0009


















5 0029Sortie shopping entre copines

5 0008-copie-3
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Repost 0
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 16:00
Que seraient les îles Lofoten sans leur reine ? La Norvège est un royaume, l'archipel des Lofoten aussi. Mais pas de roi ici, seulement une reine. Son mon ne sonne pas très scandinave et pourtant elle et les siens viennent ici depuis la nuit des temps. Elle est tellement populaire que tout le monde souhaite qu'elle soit immortelle. Elle a déjà été sur le point de s'éteindre mais on a bien pris soin d'elle et elle est revenue en pleine forme. pourvu que cela dure.
Donc Gadus Morhua, puisque tel est son nom, est bien la reine des Lofoten. On lui a même édifié un musée dans la petite ville de A (oui, la ville s'appelle A, avec normalement un ° sur le A, et sa prononce O, mais je ne peux pas le mettre avec mon clavier français) tout au sud de l'archipel.
L'emblème de la commune de Vagan sur laquelle se trouve Svolvaer est à son effigie, une vraie reine je vous dit !
Elle est la richesse de ces terres et pourtant c'est dans la mer qu'on la trouve. Gadus Morhua, c'est la morue de l'Atlantique. Elle est le poumon économique de la région, pêchée en grande quantité, exportée fraîche, congelée, séchée dans une multitude de pays.
Elle mérite bien que je lui rende un petit hommage.
Et comme il fait un temps merveilleux, premier repas dehors dans le cockpit aujourd'hui à midi, le ciel n'est encombré par aucun nuage, les couleurs resplendissent, je me permets de mettre des photos.... en noir et blanc.
Je trouve que le sujet s'y prête bien et ça change un peu. J'espère que ça vous plaira.
5 0025Celle-là a eu de la chance, elle est retournée à l'eau après avoir posé comme une star

5 0015


5 0001-copie-1Même le bistrot s'appelle Bacalao qui veut dire "morue" en portugais...

Une partie des morues pêchées est mise à sécher à l'air libre pendant environ 2 mois puis expédiée surtout en Italie. Et on voit très souvent près des ports les séchoirs à morue qui en période de pêche se voient recouvrir de poissons attachés 2 par 2 par la queue.
Une chose m'étonne: les goélands, par nature si voraces, ne s'y intéressent pas. Pourtant il n'y a aucune protection sur les séchoirs... Et je n'ai trouvé personne qui puisse me donner une explication. On ne sait pas... Si quelqu'un parmi vous qui lisez ceci a une réponse, merci de nous en faire profiter dans les commentaires.
5 0083
5 0087
5 0032
5 0090


















5 0035

5 0095
5 0096-copie-1
5 0100
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Repost 0
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 17:54
5 0103
Le temps passe, les jours s'écoulent et rallongent, le printemps tape à la porte, parfois, pas toujours, l'hiver fait son possible pour ne pas s'avouer vaincu. Pourtant il devrait savoir que son combat est perdu d'avance, 5 0013comme chaque année. mais bon, il est un peu têtu.
Résultat: chaque jour en ce moment, alors qu'on baigne dans le grand bleu céleste et dans la douceur (relative, ne rêvons pas trop quand même) ensoleillée, on se retrouve subitement dans une épaisse grisaille obligé de se tourner dos aux bourrasques de neiges. Et ceci plusieurs fois par jour.
La nuit dernière a encore déposé un tapis blanc de presque dix centimètres. La pelle à neige recommence son ouvrage matinal (ou moi plutôt !).

5 0030
Mais on le sent, le printemps s'en vient. Du coup, il y a beaucoup plus de monde dehors, on s'installe même sur les terrasses des bistrots, pas tous les jours quand même...
5 0023





5 0026












Je vous emmène avec moi pour ma ballade du jour. Faites gaffe, ça glisse quand même...
5 0037

















5 0023-copie-1
5 0070 2

















5 00751
5 0076 2

















5 0059
5 0073-copie-1


















Ça vous plaît ? Agréable, vous ne trouvez pas ?

Et puis ce week end a vu la grande affluence à Svolvaer: il s'y tenait le championnat du monde annuel de pêche à la morue.
Deux mille personnes attendues, 530 participants venus des pays voisins (Danemark, Suède, Russie) et un port plein comme un oeuf de cabillaud.
5 0075En fin de journée, les bateaux se pressent pour décharger leurs prises du jour puis les participants rentrent à leurs hôtels avec tout leur harnachement.
5 0061 5 0065 

5 0073 5 0076 
5 0081
C'est donc a celui qui ramènera la plus grosse morue: le vainqueur cette année n'a pas de quoi être bien fier: seulement 18,30 kg. Bien loin du record de l'épreuve qui est de 28,50 kg !
Heureusement pour les morues, beaucoup des pêcheurs commencent très rapidement le championnat  du monde collatéral et innoficiel de la descente de bière. Pour certains, les manoeuvres d'accostage en fin de journée ont été... très approximatives.
Le soir, jusqu'au matin probablement (moi, je dors à ces heures-là), il y a des gars de la Marine Nationale sur les pontons chargés d'accompagner certains qui ont peu perdu le pied marin jusqu'à leurs bateaux, encore faut-il qu'ils se rappellent où se trouve le bateau en question. Ceci a été mis en place car presque chaque année il y a une ou deux personnes qui tombent à l'eau (2°C !) et sont incapables de s'en sortir.


Puis, soudainement, le lundi matin, la petite ville a retrouvé tout son calme (doux euphémisme !) et dans le port les bateaux se comptent sur les doigts d'une main de menuisier à la retraite.
5 0002-copie-1
5 0056

Time is going, the days become longer, spring is knocking at the door, sometimes, not everyday, winter does everything possible not to be defeated. However it might know is fight is already lost, like every 5 0013year, well, it is a little bit stubborn.
As a result: every day at the moment, as we swim in the great blue of the sky and in sunny sweetness (some sweetness, dont dream too much), suddenly we are in the greyness and have to turn back to snowy gusts. And a few times a day.
Last night has dropped a 10 cm thick white carpet. The snow shovel does its morning work again (well, it’s rather me !).


However, we can feel spring coming. So, a lot of  people outside, even on the cafe terrasses, not every day...5 0030

5 0023








5 0026












Come along with me for a walk. be careful, it’s slipery...
5 0037
5 0023-copie-1

5 0070 2


















5 00751

5 0076 2


















5 0059

5 0073-copie-1


















Do you enjoy it ? Pleasant, isn’t it ?

And this week end was very busy in Svolvaer: annual cod fishing world championship.
2000 persons expected, 530 competitors from norway and close countries (Denmark, Sweden, Russia) and an absolutly full harbour.5 0075
At the end of the fishing day, boats come to the pontoon to unload their catch of the day and competitors go back to their hotels with all their gear.
5 0061 5 0065 
 5 0073 5 0076 

5 0081


The winner is the one who have caught the
 biggest fish. This year, he does not have to be so proud: only 18.3 kg. Far from the championship record: 28.5 kg !
Fortunately for the cods, some fishermen start early the collateral and unofficial beer drinking world championship.
For some boats, mooring approches were a bit rough.
During the night, to the morning, some guys from the Navy are on the watch to go with those who do not know anymore where their boats are and prevent them to fall in the pretty cold water (2°C).





And suddenly, on monday morning, the small town is very quiet again and in the harbour you can count on one retired carpenter’s hand how many boats are left.

5 0002-copie-1
5 0056
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Repost 0
17 mars 2010 3 17 /03 /mars /2010 17:55
5 0008-copie-1 5 0018


Eh bien voilà, 20 cm de plus la nuit dernière. Bon, ce matin, comme mon voisin Patrick, je vais sortir la pelle. Il y a plusieurs centaines de kilos de neige sur le bateau, la ligne de flottaison s'est enfoncée de près de 5 centimètres.
5 0005
1h30 pour tout enlever. Un conseil pour les gens qui n'aiment pas le froid: habiter dans des régions froides parce que dans ces endroits, on a très facilement chaud: pour ça, soit vous déneigez, soit vous coupez du bois de chauffage puis vous l'empilez. Résultat garanti !
Faut dire que j'ai fait ça sous un magnifique soleil. Et maintenant, 2 heures plus tard.... il neige à gros flocons !
Eternel recommencement de la Nature...

5 0005 2
Je ne me plains en tout cas pas de toute cette neige, c'est aussi ça que je suis venu chercher ici, à 200 km au Nord du cercle polaire arctique. J'aime ces paysages enneigés, tout est calme, feutré, c'est très beau.
J'aime voir tomber la neige, plus les flocons sont gros et nombreux, plus je suis content.
Et depuis quelques temps, je la vois encore différemment, ou plutôt je l'entends différemment: j'ai entendu dans une interview sur France Inter quelqu'un qui disait que l'image absolue du silence, ce sont les flocons de neige tombant sur l'eau. Le monde du silence se trouve donc des deux côtés du miroir aquatique.

Maintenant quelques "petites choses" que j'aimerais partager avec vous.

Tout d'abord, un hommage à Jean Ferrat juste à l'heure où il part voir la montagne de plus haut.
Moi l'ardéchois, chaque fois que j'entends cette chanson, je suis aussitôt transporté dans ma région d'origine.

 

Dans un tout autre domaine, un qui me tient vraiment à coeur, vous le savez, la protection de la planète, de tous ses habitants et plus particulièrement les baleines.

Connaissez-vous Sea sheperd, une association qui milite dans ce sens ?

Fondée par un des fondateurs de Greenpeace, Paul Watson, cette association mène une guerre ouverte contre les chasseurs de baleines japonais. Le Japon est avec l'Islande et la Norvège (oui, il y a des jours où j'ai vraiment envie d'être ailleurs, quand je croise un bateau baleinier ici) un des très rares pays à poursuivre la chasse à la baleine. Le Japon chasse dans les eaux de l'Antarctique sous prétexte de recherche scientifique en bafouant le moratoire international sur la chasse à la baleine. Il est tout à fait clair pour tout le monde, les japonais ne s'en cachent même pas, que cette viande part directement sur les étals puis dans les assiettes. 

Allez voir sur le site de Sea sheperd link, c'est tout à fait édifiant. Regardez les vidéos, vous verrez comment les baleiniers japonais n'hésitent pas à couper en deux un bateau de l'organisation au risque d'envoyer les six membres d'équipage par le fond.

Ces gens-là sont d'une incroyable détermination et d'un courage sans limite, ils ont besoin de tout notre soutien ! Diffusez le plus largement possible le message autour de vous, les baleines ont encore plus besoin de notre soutien. Est ce que la planète continuera à tourner si un jour elles ne sont plus là ? Je n'en suis, hélas, pas certain...

photos-2_0013.jpg

photos-2_0014.jpg


 




















Je pense que ces paroles du Dalaï Lama (qui soutient Sea sheperd) s'appliquent très bien à ce combat:
"Si vous avez l'impression que vous êtes trop petit pour changer quelque chose, essayez donc de dormir avec un moustique. Vous verrez lequel des deux empêche l'autre de dormir"
Alors, soyons des moustiques et piquons, piquons, piquons, ....


Ah, encore ceci:
J'ai lu sur un forum que certains, s'ils apprécient le contenu du blog (merci !), trouvent chi... et lassant qu'il y ait la traduction anglaise après le texte français. Je suis tout à fait d'accord avec vous... si on lit aussi la traduction. Disons que ça se répète un peu...
Eh, les gars, que vous compreniez ou pas la langue de Shakeaspeare ou de Mister Bean (au choix selon vos références), vous n'êtes pas obligés de lire la traduction !
Je vous explique: quand c'est écrit de la couleur de la piscine de votre voisin, c'est en français. Quand ça devient de la même couleur que le gazon qui est autour de la piscine, là où on passe le petit tracteur (revoir "Forest Gump" pour plus de précision) c'est en anglais.
Quoi, qu'est ce que tu dis ? la piscine du voisin est de la même couleur que le gazon ? Un conseil: s'il t'invite à venir faire la grenouille dans sa mare, n'y va pas ! Quant à mon explication, laisse tomber, c'est pas grave...

5 0008-copie-1 5 0018

20 cm more during last night. Ok, like my neighbour Patrick, I have to take the shovel out this morning. Hundreds of kilos of snow on the boat, the flottation line being about 5 cm lower than usual.
5 0005
1h30 to take that off. An advice for those who do not like to be cold: live in a cold country because in those areas, it’s easy to be warm: just take off some snow or chop some wood for your stove and then pile it.  Very succesful !
Well, I did it under a beautiful sunny sky. And now, 2 hours later... it’snowing with big flakes !
Endless renewal of nature...
5 0005 2
I do not complain about all that snow, this is one of the reasons why I came uphere, 200 km north of the Polar circle. I love those snowy landscapes, everything is calm and silent, it’s gorgeous.
I love to see the snow falling down, the bigger the flakes, the happier I am.
And for some time now, I see it differently, or rather I hear it differently: I’ve heard on the french radio somebody telling that the ultimate image of silence is snow flakes falling on the water. The silent world is on both sides of the mirror.

Now, some "small things" I would like to share with you.

First, a tribute to a french singer, Jean Ferrat, who just deseapeared a few days ago.
His famous song "la montagne" describes so well my own country, l’Ardèche.



Another field I’m very concern in, you know it, is planet conservation with all its inhabitants and specially whales.
Do you know the Sea Sheperd Conservation Society ?
Founded by Paul Watson,, this association is leading an open war against japanese whalers. Japan is, with Iceland and Norway (yes, some days, I would like to be somewhere else, when I pass a whaling boat here in the Lofoten Islands) one a the rare countries which is still whaling. Japan hunts in antarctic waters under the pretext of scientific research flouting the international moratorium about whaling. Everybody knows, and the japaneses themselves do not hide it, whale meat goes strait on the butcher’s blocks and then in plates.
Please, go on their website  link , it’s absolutly edifying. Look at the videos, you will see how japanese whalers do not hesitate to ram on one of the association’s boats with the  real risk of killing the 6 crews.
Those guys are incredibly determinated and have an unlimited courage, they need our support !  Spread the message widely around you, whales need the largest support possible.
Will the planet still run if one day there is no whale left ? Unfortunatly, I’m not so sure...

photos-2_0013.jpg

photos-2_0014.jpg

















I think these words of the Dalaï Lama (who supports Sea Sheperd) go well with this fight:
"If you think you are to small to change something, try to sleep with a mosquito. You will see which one prevents the other one to sleep."
So, be mosquitoes and bite, bite, bite, ....


o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o



Repost 0
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 15:55
5 0047 3 2

"Le jour où l’on comprendra qu’une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires. Nous avons peut-être une âme, mais le fait d’habiter le monde du sens et des mots ne nous empêche pas d’habiter le monde des sens. Il faut habiter les deux si l’on veut être un être humain à part entière."

Boris Cyrulnik

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o