Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 21:12
Déjà là, je ne serais pas resté absent bien longtemps.
Je ne m'attendais vraiment pas à avoir une connexion ici !
Imaginez, une île dont j'ai fait le tour à pied en 2 heures, 34 habitants et 3 réseau wifi ouverts. Quand je pense que dans le centre de Lyon je n'ai pas eu le moindre soupçon de connexion.
Mon petit amplificateur de réception fait vraiment merveille.

Vous savez pas quoi ? Qu'est ce que j'ai fait aujourd'hui ? De la peinture ! Enfin, pas tout à fait, quelque chose qui ressemblerait à ça, du moins en ce qui concerne le processus.
Pour avoir un beau résultat en peinture, il y a plusieurs phases: d'abord c'est pas drôle, il faut préparer la surface à peindre, travail souvent long, ingrat mais nécessaire.
Ensuite on passe la 1ère couche, c'est plus agréable, c'est valorisant, on peut déjà se faire une idée de ce que ça donnera plus tard.
Puis faut attendre que ça sèche et poncer un p'tit coup, pas drôle non plus.
2ème couche, ça devient franchement intéressant, plaisant. Attendre une nouvelle fois, séchage et ponçage, on aimerait pourtant bien passer directement à la 3ème couche. Faut au moins 3 couches pour que ça brille bien.
La 3ème couche, c'est celle où on a le plus de plaisir, celle qui prend le plus de temps: on tiiiire bien la peinture pour bien la lisser. Et on s'applique, faudrait pas qu'il y ait une coulure, après le mal qu'on s'est donné.
En fait, aujourd'hui, j'ai fait DE LA VOILE !!! Si,si, j'en ai même fait..... 3 fois ! Comme 3 couches de peinture.
Comme la peinture, d'abord, la préparation: une bonne dose de moteur. La tempête s'est tellement bien calmée, qu'elle est totalement allée se faire voir ailleurs. Donc, plus le moindre petit zéphyr.
Puis, 1ère couche, un petit souffle, vite les voiles !

Super, le vent dans la bonne direction, magnifique soleil, mer plate, le rêve.... pendant 15 minutes.
Puis séchage et ponçage = moteur pendant un bon moment.
Et 2ème couche: c'est bon, le bateau avance en silence, juste le bruit du frôlement de l'eau sur la coque, c'est booooon !.... pendant 15 minutes !
Re-séchage et reponçage = vroum vroum.
Et une 3ème couche, que du bonheur ! et ça dure, vous aurez du mal à le croire, 30 oui trente minutes !!!

Et encore du chemin à faire...
Des fois faut savoir ne pas être un adepte du "plus c'est long, plus c'est bon" mais plutôt adhérer à ce nouveau précepte: "plus c'est pas long, plus il faut en profiter".
Au fond, je prends ça plutôt comme une approche douce de la navigation scandinave.
Et, comme dans la peinture, c'est le résultat final qui compte et je suis super content du résultat de ma navigation d'aujourd'hui.
Et, cerise sur la tarte tatin, elle m'a amené dans un très bel endroit: l'île de Hanö.

P.s.: petit retour sur un article précédent dans lequel je vous parlais de cet appareil de détection des bateaux qui naviguent dans mes parages.
En voici une photo: moi je suis le petit rond noir, le cercle rouge est mon périmètre de sécurité, l'alarme retentit si un intrus y pénètre, et chaque triangle noir avec une pointe est un navire.
Vous comprendrez que, dans la mesure du possible, il y a des endroits que j'évite.
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 23:43
Le vent s'est bien calmé cet après-midi et les vagues vont en faire de même cette nuit. Elles ont toujours un temps de retard.
Donc, aux aurores demain matin, les amarres seront larguées une nouvelle fois, direction une petite île, Hanö, à 31 miles au Nord Est. Très joli coin paraît-il.
Pourquoi aux aurores alors que ce n'est pas bien loin, tout le temps de faire le trajet dans la journée ?
Parce que cela me permet d'arriver tôt et d'avoir du temps pour aller marcher un peu en visitant.
C'est que je ne fais pas beaucoup de kilomètres sur le pont du bateau pendant la journée !
Ne sachant pas quand j'aurai une nouvelle connexion Internet, pour faire patienter certaines et certains, je mets quelques images glanées par ci par là pendant ces deux derniers jours.
A très bientôt.



































































































































13 kg quand même le saumon ! Trop forts les mecs !!!






















o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article
Repost0
1 mai 2009 5 01 /05 /mai /2009 00:31
Depuis quelques temps ça me démangeait, les fourmis dans les quilles, les miennes et celles du bateau.
Une forte sensation, probablement la même que celle qui pousse l'ours à sortir de sa tanière hivernale, m'a fait larguer les amarres de mon refuge où j'ai quand même passé 5 mois.
Après une agréable semaine passée avec Camille, lundi un p'tit aller-retour en train à Stockholm pour la remettre dans l'avion direction Genève et mardi matin 28 avril c'était le moment.
Un au revoir à ces gens merveilleux du Falsterbokanalens Boat Klub qui m'ont si parfaitement accueilli, au point de me sentir presque chez moi, un "au revoir à une prochaine fois quelque part sur la planète bleue" à mes amis Isabelle et Magnus (qui sont sur le départ sur leur petit bateau rouge, direction l'Ecosse puis étrave pointée vers le Sud, un grand soulagement pour Isabelle après 2 hivers suédois), et en route....

   

J'ai dû attendre 11h pour l'ouverture du pont qui enjambe le canal et m'offre la possibilité de rejoindre la mer Baltique située de l'autre côté de cette presqu'île et me diriger vers le Nord et Stockholm.
 

Un petit kilomètre de canal et me revoici dans les grands espaces . Pas mécontent de voir de nouveau glisser de l'eau libre contre la carène de Vò lu mondu et les paysages devant mes yeux. Un grand plaisir !
2 bémols cependant à cette douce et agréable situation:
- il fait gris et pas vraiment chaud, environ 10°, et le petit vent ne fait que rajouter à cette fraîcheur sur l'eau.
- le vent est léger (ça, ça ne me dérange pas), mais surtout il vient exactement de là où je veux aller, droit dans le pif ! et avec des vagues qui, bien que petites, sont bien là. Donc, je continue au moteur.
Pas très drôle, pas trop bruyant (quoique ce soit relatif le "pas trop bruyant"), mais au moins je taille la route. Pas très vite, mais je peux aller quelque part. Je ne sais pas vraiment où je m'arrêterai ce soir, il y a plusieurs ports sur ma route.
Vers 18h, je rentre dans le petit port d'Abbekas (pour être correct il devrait y avoir un ° sur le 2ème A mais je n'ai pas de clavier suédois), plus petit que je pensais au vu du plan dont je dispose, j'ai tout juste la place de faire demi tour et je parviens à me mettre à quai.
Et là, pour en finir avec cette journée en fait pas totalement plaisante, une fois le moteur enfin en sourdine, je rencontre le premier, et j'espère le seul, suédois franchement désagréable, le garde-port.
Un coup bien sec contre la coque, je sors et ce gars me dit: "vous êtes belge (le pavillon du bateau est belge), c'est 11 € ". Ni bonjour, ni rien...
Moi: bonjour, ça va ?
Lui: bien, c'est 11 €.
Moi: mais ici c'est pas l'euro. Ça donne quoi en couronnes suédoises ?
Lui: 125 SEK
Je lui donne, il s'en va, ni merci, ni au revoir. Super l'accueil !
Quand je pense que j'ai dit à mes amis que je viens juste de quitter qu'ils avaient mis la barre très haute en matière d'accueil et que j'espérais ne pas avoir commencé par le meilleur....
Ça doit être pour ça que je me suis réveillé à 6 h du matin (très inhabituel pour moi !) et que je suis sorti du port 15 minutes plus tard.
Magnifique soleil et plus de vent du tout. Donc, c'est reparti pour une journée de vroum vroum.
Mer d'huile, je me retrouve sur le lac Léman. C'est comme un dimanche de juillet dans la rade de Genève, à la différence que je suis tout seul sur l'eau. Enfin, presque seul....
J'ai installé la semaine dernière un appareil électronique (un AIS pour ceux qui connaissent) qui permet de "voir" sur un écran des bateaux qui circulent dans les parages. La plupart du temps je ne les vois pas de visu. Mais sur l'écran, j'en ai parfois 25 à 30.
Je suis dans une zone de fort trafic commercial, ferries, tankers, cargos, etc....
Sur cet appareil, on peut déterminer un cercle autour de son bateau (on choisit le diamètre) et dès qu'un bateau équipé également de ce système pénètre dans le cercle, une alarme retentit.
J'ai réglé mon cercle de sécurité à 2 miles nautiques (environ 3,5 km), ce qui permet d'avoir du temps pour voir et réagir.
Sauf que quand l'intrus est un ferry qui déboule à 43 noeuds (env. 80 km/h), il vaut mieux être vigilant parce que 2 miles à cette vitesse, c'est très vite parcouru.

Alors que depuis le départ je me dirige plein Est, en suivant la côte je mets du Nord dans mon cap et, miracle, le vent se lève en restant orienté à l'Est. Pas bien fort, mais bien réel.
Enfin à la voile ! Et le silence..... quel plaisir !

Le bateau glisse, les vaguelettes clapotent contre la coque, que c'est bon !
Et ce bonheur dure ...... 15 minutes et je me retrouve ....tel le marin d'eau douce sur les eaux lémaniques; alors que je m'épanouis, Eole s'évanouit.
Plus un souffle, pas le moindre petit zéphyr, plus rien....
Bon, c'était déjà ça de pris. Après tout, 15 minutes, c'est pas si mal, pour une reprise.
Donc, vroum vroum again !
Et vers 15 heures, j'arrive dans le port de Simrishamn, port de pêche important et marina assez grande, aucun problème pour trouver une belle grande place d'amarrage.
Petit tour dans cette petite ville, assez agréable avec ses rues pavées bordées de petites maisons basses.

Je rencontre le garde-port qui remonte nettement le niveau de sa confrérie.
Bon, il m'annonce que le vent se lèvera dans la nuit pour souffler fort demain. Et il viendra d'où ce vent ? Ben tiens, de là où je veux aller, Nord Est. Comme par hasard !
Je suis à peu près sûr qu'il y a quelqu'un qui cherche à me tester.
Donc aujourd'hui, vacances, si j'ose dire.
P'tit déj tranquille, un petit problème de plomberie à régler, promenade, photo.
Vers midi le vent s'est un peu calmé et je commence à me dire que demain je devrais pouvoir reprendre mon chemin.
Et puis après avoir consulté sur Internet 4 sites de prévisions météorologiques, il se trouve qu'ils sont tous d'accord: "non, demain tu resteras bien au chaud là où tu es pour l'instant."
Et vers 15h, le vent a repris son entraînement dans le spiromètre, un bon force 6 avec la mer qui en subit les conséquences, des creux de plus de 2 m dès la sortie du port.

Finalement, je suis plutôt bien ici.
Pour samedi, ça à l'air de se présenter plutôt bien. Wait and see.
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
 
 
Partager cet article
Repost0
16 avril 2009 4 16 /04 /avril /2009 23:59
Mardi 14 avril 2009
A bord de Lady Annila, le bateau de mes voisins Ann-Sophie et Jonas, l'ambiance va bon train.
Isabelle et Magnus, mes autres voisins, sont là aussi.
Tout est super, le repas, la compagnie, bonne humeur à tous les étages.
Inge, un des membres du yachtclub, venu pour me voir, me trouve donc en cette agréable compagnie.
Il s'est déplacé pour m'apporter un cadeau accompagné d'une carte et de paroles extrêmement sympathiques et touchantes.
Car je pars demain.
Quatre mois et demi se sont écoulés depuis mon arrivée le 1er décembre sur ce lieu d'hivernage qui aura été parfait pour moi à tous points de vue. Sur le plan pratique, je n'aurais pas imaginé mieux et surtout, sur le plan humain, je me demande si, dès le départ, je n'ai pas rencontré le meilleur.
Tous ces gens rencontrés, mes voisins, les membres du club, Tommy le secrétaire, les rencontres impromptues, les amis des amis, et tous les autres ont mis la barre très haute en matière de gentillesse, d'hospitalité, de générosité.
Un immense merci à Isabelle, ma voisine française (link ), pour m'avoir indiqué cet endroit d'hivernage.
Donc, c'est la soirée d'au revoir.
Après contrôle des prévisions météo, rien de particulier à relever, vent de face (évidemment!!!) mais pas trop fort, départ prévu à 10 h ou 11 h à l'ouverture du pont qui enjambe le canal.
Au lit pas trop tard et réveillé au milieu de la nuit, inhabituel pour moi, réveillé par... le vent !
Eole qui était parti pour de belles vacances de deux ou trois semaines est revenu et s'est remis au boulot immédiatement et avec toute l'énergie accumulée pendant ses congés.
Donc au matin, force 5 à 6 Beaufort, vagues de 1,50 m, courtes donc bien abruptes, le tout venant exactement de mon point de destination.
N'étant pas un adepte des montagnes russes et n'appréciant que moyennement les embruns encore bien froids de la mer Baltique (même s'ils ne piquent pas trop les yeux car très peu salés), je reporte mon départ à ... plus tard, c'est à dire à je ne sais quand, ou plutôt si, quand Eole sera fatigué d'avoir repris trop brutalement une telle activité.
Ce soir, jeudi 16 avril, il y a trois autres bateaux qui attendent comme moi.
En fait, je soupçonne quelqu'un du club ayant une connexion avec le gars de l'étage du dessus, de lui avoir demandé de faire quelque chose pour me retenir.
Au fond, rien de grave, je ne suis pas pressé, je prolonge juste mon agréable séjour ici, même si ça me démange de reprendre la route.
Et puis Camille arrive dimanche et je m'en réjouis.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Partager cet article
Repost0
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 01:12


Soleil printanier aujourd'hui.
Je suis retourné à la plage pour voir les petites cabanes.
C'est comme si le marchand de sable était remplacé par le marchand de couleurs, tout est réveillé, tout est plus coloré, tout est plus gai, l'arc en ciel après la grisaille.
Elles ont l'air contentes de prendre le soleil, de se dorer la toiture, certaines même s'ouvrent et prennent l'air de l'intérieur.
Elles n'ont plus ce brin de mélancolie qui leur allait si bien il y a seulement quelques semaines, hors saison, non, plutôt la saison où seul le vent dispute le silence à la mer, les promeneurs emmitouflés et les rêveurs solitaires se gardant bien de jouer les arbitres.
Cela m'a rappelé un sujet de philosophie sur lequel un prof nous avait fait plancher quand j'étais au lycée. Si ma mémoire ne me fait pas trop défaut, c'était quelque chose comme: " le soleil sans qui les choses ne sont que ce qu'elles sont ".
Cela m'avait, à l'époque, paru totalement obscur, si je peux dire, et pour tout dire sans le moindre intérêt, moi qui ne rêvais que de sciences naturelles et avais une intense aversion pour tout ce qui approchait, même de très loin, le domaine littéraire. Quant à la philosophie, en rien elle ne pouvait soutenir une quelconque comparaison avec l'étude du comportement des cloportes et des lombrics. Eux au moins, je comprenais ce qu'ils ne me disaient pas alors que les paroles que prononçait "l'autre" m'étaient bien plus hermétiques que la langue suédoise lors de mon arrivée au bord de la mer Baltique.
Depuis j'ai appris...
J'ai appris entre autre chose que "photographier" signifie "écrire avec la lumière". Et sans soleil, pas de lumière.
La plage ne m'appartient plus, je la rends à ces gens qui me l'avaient confiée pour ma saison à moi.





































J'ai rajouté quelques photos des cabanes dans l'album photos " Suède, la plage, l'hiver"
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Partager cet article
Repost0
24 mars 2009 2 24 /03 /mars /2009 00:23
                  (document Internet)


Le port où je me trouve se situe sur un isthme reliant une presqu'île à "la terre".
Cette presqu'île est entourée de hauts fonds avec des bancs de sable qui se déplacent avec les courants et les tempêtes.                  (photo Internet)
Ceci fait que la route maritime passant près de cette pointe a toujours été délicate pour la navigation.
Dès le XIII ème siècle, des moines allemands ont allumé des feux sur la pointe, les ancêtres du phare construit par la suite. A cette époque, la petite ville de Falsterbo était un centre de commerce important.
Au XVIème siècle, le commerce ayant beaucoup décliné, le "phare" n'a plus été allumé, ce qui a provoqué un très grand nombre de naufrages.
Vers 1630, les feux ont été remplacés par un "panier" en fer contenant du charbon enflammé qui était hissé et descendu par un balancier, ceci jusqu'à la fin du XVIIIème siècle.
Un phare fut alors construit entre 1793 et 1796 avec le feu de charbon au sommet. 25 m de haut et 12 m de diamètre.
En 1842-43, on installa une lanterne à huile. Un écran était déplacé devant la lanterne pour occulter la lumière et obtenir des éclats périodiques.
L'huile a été remplacée d'abord par de la paraffine et ensuite par du gaz.
En 1935 la lanterne a été électrifiée (lentille de Fresnel).
En 1972, le phare a été automatisé et le dernier gardien n'a eu plus qu'à partir à la retraite.
C'est triste un phare qui perd "ses yeux", un phare où il n'y a plus âme qui vive.
C'est triste pour les marins...

Il n'est maintenant plus utilisé comme amer de navigation car les gros navires doivent suivre des voies de navigation bien déterminées, un peu comme des autoroutes, avec des sens de navigation, et ils n'ont pas le droit de s'en écarter.
Le phare a été éteint de 1990 à 1993 et rallumé depuis. Feu à occultations, période de 5 secondes, portée 10 Mn.

Cette région est un passage important car il se trouve à l'entrée sud de l'Öresund, ce bras de la mer Baltique qui passe entre le Danemark à l'Ouest et la Suède à l'Est. C'est la voie d'entrée naturelle depuis la mer du Nord dans la mer Baltique qui est une mer fermée, comme la Méditerranée.
C'est une voie très fréquentée même si un autre accès existe: le canal de Kiel en Allemagne.

Ce canal, en fonction depuis 1895, mesure 61 miles nautiques (98 km) et permet d'éviter le contournement du Danemark , 290 Mn (519 km) sur une mer du Nord qui peut être très mauvaise dans cette région.
Sont passés par le canal pas moins de 43 000 bateaux de commerce en 2007.
























o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article
Repost0
20 mars 2009 5 20 /03 /mars /2009 23:15
Je vous présente mes plus proches voisins, Isabelle la bretonne nomade et Magnus le suédois.

Ils habitent sur leur petit voilier rouge à 20 mètres de Vo Lu Mondu.
C'est tellement loin qu'on s'envoie des mails et qu'on s'appelle sur Skype !
Ils ne vont pas tarder à migrer vers des contrées où les eaux sont plus chaudes.
C'est curieux, la bretonne, elle aime pas trop la météo locale.
En tout cas, je la remercie vraiment de m'avoir suggérer de venir dans cet endroit pour hiverner.
Quant à Magnus, il est parfois un peu bizarre: regardez comme il a l'air content de son amarrage. Il a remplacé l'ancre par un étau ! Quand je vous dis qu'il est bizarre.


o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Partager cet article
Repost0
18 mars 2009 3 18 /03 /mars /2009 00:24

Malmö, à 25 km de l'endroit où je me trouve, est la 3ème ville de Suède après Stockholm et Göteborg.
L'agglomération compte 265 000 habitants. C'est une ville très cosmopolite, plus de 30% des habitants sont d'origine étrangère.
C'est une ville plutôt calme, avec beaucoup d'espaces verts. Le centre est assez peu étendu autour de ses 2 places entourées de bâtiments anciens, la Stortorget et la Lilla Torget.









Je ne lui trouve pas beaucoup de charme même si elle est, paraît-il, agréable à habiter.









Cependant, on y trouve depuis 2005 une construction qui lui donne une renommée mondiale, un immeuble qui va véritablement gratouiller le ciel avec ses 190 m de haut. C'est le plus haut bâtiment de Suède, le 2ème plus haut immeuble d'habitation d'Europe.

Cette tour s'appelle la Turning Torso. Elle a été conçue par l'architecte espagnol Santiago Calatrava.
Elle a été dessinée d'après une de ses sculptures appelée Twisting Torso.
Elle comporte 54 étages.
Elle est composée de neuf cubes de six étages chacun, qui tournent sur eux-mêmes en s'élevant ; ainsi l'élément le plus haut est décalé de 90 degrés dans le sens des aiguilles d'une montre par rapport à l'élément au sol.
Chaque étage consiste en une section rectangulaire autour du « cœur » central, et une section triangulaire partiellement supportée par un échafaudage extérieur en métal.
Les deux cubes les plus bas sont destinés à des bureaux, dans les 7 autres cubes il y a environ 150 appartements.


Elle surprend, érigée comme ça dans cette région très plate, elle domine tout. Quand les nuages sont assez élevés ou même absents, je la vois depuis le bateau à 20 km à vol de poisson volant.
Je la trouve absolument magnifique, toute blanche, pleine d'audace, vraiment très originale et impressionnante.


Je la verrais assez bien à proximité de l'Opera House de Sydney, autre merveille architecturale audacieuse.




















































Les photos de la tour ont été glanées sur la toile; chaque fois que je suis allé à Malmö , c'était gris gris gris et lumière pas terrible du tout pour les photos.
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Partager cet article
Repost0
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 23:51
Les jours se suivent et ne se ressemblent pas forcément. C'est le moins qu'on puisse dire.....


Dimanche après-midi






















Le lendemain



















o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
Partager cet article
Repost0
8 mars 2009 7 08 /03 /mars /2009 22:50


                                 

Dimanche après midi.
La mer Baltique est en colère.
Le ciel aussi.
Eole n'est pas en reste.
Tout est gris.
Tout est gris....  dehors.

Pourtant il s'en vient.
La Nature me le dit.
La Nature ne ment pas.
La Nature ne se trompe pas.
La Nature me le dit.
Le printemps est en route.







o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Archives

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o