Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 juin 2016 2 14 /06 /juin /2016 17:59

Lundi 13 juin. Il s'est produit aujourd'hui un phénomène tout aussi particulier qu'inexpliqué. Quelqu'un a déchiré le ciel !

Tout plein de trous, et même des gros, dans le gris épais et plus ou moins uniforme qui nous survole depuis pas mal de temps. Quelle perturbation dans nos habitudes ! C'est vrai quoi, c'est rassurant les habitudes. Et là, soudainement, des trous et des déchirures dans nos habitudes. Et à la place des trous, des zones avec une couleur très bizarre, que personne ici se rappelle avoir connue. Après avoir consulté d'éminents spécialistes de la question, il semblerait que cette couleur soit du bleu. A rajouter à la palette des nouveautés. Vous me direz que la mer elle est bien bleue, non ? Et ben non, elle est plutôt noire avec des reflets métalliques. Enfin habituellement. Avec ce ciel en lambeaux, elle est aussi devenue bleue mais nettement plus foncée que les trous célestes. 

Dans un de ces grands orifices au-dessus de nos têtes il y avait une espèce de gros disque très lumineux. On ne sait toujours pas ce que c'était. Phénomène surnaturel ?

Et en plus on a pu voir qu'il y a une autre île juste en face, même qu'il y a une grande montagne très haute (2350 m). Incroyable, on aurait pas pu soupçonner ça.

 

Les couleurs du ciel

Et puis ce n'est pas tout, on a même l'impression qu'un gros fer à repasser a été utilisé sur la mer. Bon, celui ou celle qui a fait ça a laissé pas mal de faux plis, histoire qu'on ne soit pas trop perturbés par le fait de ne plus être secoués du tout sur le bateau.

C'est quand même un peu flippant ces trucs pas clairs. Heureusement la réparation des déchirures a été faite en un temps record et on a très vite retrouvé notre atmosphère habituelle grise, cotonneuse et pour le moins humide. Ouf, on est rassuré.

Cependant ça nous a permis d'aller à la rencontre des baleines. On en a observé plusieurs mais plus particulièrement deux : une très grande et une plus petite, probablement une mère et sa jeune progéniture. La grande nous a gratifié de deux plongées en sortant la queue avec une gestuelle particulièrement lente et majestueuse. Une splendeur qui nous a tous placés dans une grande excitation.

Et ces baleines, vous ne devinerez jamais qu'elle était leur couleur. Croyez-moi si vous voulez, mais elles étaient...... BLEUES. 

Un mystère est enfin résolu : nous savons maintenant d'où elles viennent.

 

 

Les couleurs du ciel
Les couleurs du ciel
Les couleurs du ciel

P.s. : merci à Pedro pour cette sortie magique "entre nous ".

Et n'allez surtout pas penser qu'il ne fait jamais beau aux Açores. Rien ne serait plus faux. Il y a juste en ce moment une suite de perturbations associées depuis trois ou quatre jours à un brouillard très tenace sur l'île de Faial où je me trouve. Phénomène tout à fait exceptionnel à cette époque de l'année.

Re-P.s. : Mardi 14 juin : Bleu le ciel, bleue la mer et bleue la baleine....

4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 11:48

 

 

Les dépressions sur l' archipel des Açores se suivent et se ressemblent. Où est le fameux anticyclone si souvent cité dans les bulletins météo ? Je n'en sais rien mais ce qui est sûr c'est qu'il ne nous protège pas d'un temps défavorable pour l'activité qui est la nôtre, l'observation des cétacés.

Depuis mon arrivée, il y a 24 jours, à cause de vents trop forts, il n'a été possible de sortir en mer en moyenne qu'un jour sur deux. 25 sorties annulées pour 21 effectuées. Frustrant, sans parler du manque à gagner pour la compagnie. Mais bon, c'est le risque de toute activité en lien avec les éléments, ça fait partie du "jeu". Et, fort heureusement, on ne peut rien y changer.

Mais quelle tristesse et quelle frustration pour toutes ces personnes qui viennent de loin pour voir les baleines et les dauphins ! Souvent un rêve qui ne peut se réaliser. On a vu quelques larmes de déception couler cette semaine... Certaines personnes reviennent d'année en année avec l'intention de faire deux sorties par jour et ne peuvent que prendre leur mal en patience. Plutôt décevant de ne faire qu'une seule sortie, dans de mauvaises conditions en plus, alors qu'on en prévoyait quinze.

Cependant cela ne les empêchera pas de revenir l'année prochaine.

Par ailleurs lorsque nous avons la possibilité d'aller en mer, le plus souvent les vagues plus ou moins agressives nous attendent derrière la jetée du port. Sans oublier la pluie souvent présente. De plus nous n'observons que relativement peu de baleines et dauphins par rapport aux années précédentes.

Alors que les mois d'avril et de mai sont en principe la haute saison pour la migration des grandes baleines à fanons, elles sont cette année peu nombreuses à fréquenter les eaux de l'archipel.

La raison de cette situation est évidemment difficile à connaître et on ne peut faire que des suppositions.

On peut en effet supposer que cette faible fréquentation est due à une quantité réduite de nourriture présente. La nourriture favorite de ces espèces est le krill, des minuscules crevettes, qui fait partie du zooplancton.

Alors pourquoi y aurait-il peu de krill ici cette année ? Probablement parce qu'il ne trouve pas sa nourriture non plus. Ce qui leur manquerait serait la chlorophyle.

Alors pourquoi si peu de chlorophylle cette année ?

Vous suivez toujours ?

Il semblerait que nous sommes dans une année "El Niño". El Niño est un phénomène météorologique qui se produit périodoquement et qui affecte considérablement les conditions météo tout autour de la planète. La température de l'eau  et de l'air, les courants, la pluviométrie peuvent être énormément modifiés, ce qui influe directement sur l'écosytème marin et, en conséquence, sur le comportement du plancton.

Donc si le comportement des ces microorganismes est modifié, celui des plus gros animaux de la planète s'en trouve logiquement affecté.

Résultat : pas de chlorophylle, pas de krill, pas baleine à rencontrer et à observer.

Fort heureusement cela ne signifie pas qu' il y a moins de baleines dans l'océan mais juste qu'elles sont ailleurs en ce moment. Et j'espère sincèrement que d'autres personnes quelque part ont des étoiles plein les yeux en voyant défiler la majestueuse et gigantesque baleine bleue.

Il semblerait en fait qu' elles sont tout simplement passées plus tôt cette année, vers la fin de l'hiver, lors de leur migration vers le nord.

En ce qui concerne les dauphins cést probablement le même phénomène. Ils sont placés très haut dans la chaîne alimentaire : ils se nourissent principalement de poissons qui eux-mêmes mangent des proies plus petites qui en font de même avec le plancton tout en bas de la chaîne. Donc peu de plancton, peu de dauphins.

Heureusement nos pupilles ont quand même l'occasion de briller et nos coeurs de battre plus fort car les cachalots sont bien présents (16 individus lors d'une seule sortie). Leurs proies préférées, les grands calmars qui fréquentent les grandes profondeurs doivent donc trouver leur nourriture en suffisance.

J'ai tout de même quelques images de cachalot à vous montrer. Avec un immense merci pour notre ami anglais Paul qui a eu la gentillesse de me prêter un objectif du fait de la défaillance du mien.

A part ça, la vie est belle et c'est tant mieux.

 

Otages de la météo
Otages de la météo
Otages de la météo
Otages de la météo
Otages de la météo
Otages de la météo
Otages de la météo

Et tout de même des dauphins de Risso dont un très très jeune. Les dauphins de Risso ont la particularité de blanchir en vieillissant. Juste comme nous les humains finalement.

Otages de la météo
Otages de la météo

P.s. : mon ordinateur est toujours plongé dans un coma profond. Je viens juste de lui trouver un service de soins intensifs. Peu d'espoir mais qui sait...

22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 14:43
Quand la technologie fait flop...

Le mois de mai, c'est l'époque de la migration des baleines et de la mienne vers les Açores. Elles ne font que passer entre les îles et s'y arrêtent le temps d'un casse-croûte ou deux avant de continuer leur route vers les eaux froides septentrionales où là ce sera le festin durant tout l'été.

Quant a moi, l'escale durera cette année seulement six semaines. Tout de même largement le temps de profiter de la présence de mes très chers amis Pedro, Carla, toute l'équipe de HortaCetaceos plus quelques autres et de nos amis marins.

Déjà douze jours ont passé et pas mal de sorties en mer. C'est toujours le même plaisir d'emmener des gens voir les cétacés et de revenir à terre tous ayant, en général, un grand sourire. La rencontre avec les grandes baleines et les dauphins n'est jamais une expérience anodine et l'effet est en général garanti. 

Déjà quelques belles expériences et deux en particulier :

Mis à part leur gigantisme, leur puissance colossale, leur douceur infinie, ce que j'aime chez les baleines bleues, c'est qu'elles nous font parfois l'immense plaisir de venir nous dire bonjour de très près. Et c'est arrivé il y a quelques jours. Nous avons vu l'une d'entre elles se déplacer dans notre direction sous la surface (comme elles ont une couleur gris bleuté assez clair, sous la surface on dirait un immense fantôme bleu turquoise) puis faire surface et souffler à environ trois mètres derrière le bateau, et la puissance du souffle de la baleine bleue c'est vraiment quelque chose, ça vous prend vraiment aux tripes. Ensuite elle est passée sous le bateau et là, dans une telle situation, on se rend vraiment compte de la taille gigantesque. J'aime bien l'appeler la baleine sans fin.

Quand la technologie fait flop...

Quelques jours plus tard, la sortie se passe de la meilleure des façons puisque nous avons la chance d'observer deux baleines à bosse, ce qui n'arrive pas tous les jours, loin de là, puis une baleine bleue. Les sourires illuminent tous les visages puis une rumeur sort du haut parleur de la radio du bord, un bateau aurait aperçu des orques. "aurait", le conditionnel dubitatif est de rigueur car il est vraiment très très très rare de voir le plus grand de la famille des dauphins. Ce sont ici des animaux océaniques qui restent au large où ils trouvent les grandes proies qu'ils affectionnent comme les thons. 

Début mars un groupe d'orques a pourtant été observé près des côtes ce qui n'était pas arrivé depuis sept ou huit ans. Alors une deuxième fois cette année c'est difficile à imaginer...

Et pourtant, rapidement la rumeur s'est transformée en réalité, pour notre plus grand bonheur.

Il y a quelques années j'ai passé un hiver au Nord de la Norvège, aux îles Lofoten, sur mon bateau pour voir des orques mais pour la première fois ils ne sont pas venus. Et finalement c'est à un endroit où ils ne viennent quasiment jamais que j'ai le privilège de les rencontrer pour la première fois.

Le groupe comprenait une vingtaine d'individus répartis en deux sous-groupes. Je savais qu'ils étaient gros et puissants mais je n'imaginais pas à quel point. Les mâles peuvent atteindre dix mètres et peser plus de neuf tonnes. Dans le groupe il y avait un grand mâle facilement reconnaissable à son grand aileron dorsal vertical. L'impression de puissance dégagée est phénoménale. Ils étaient en déplacement et donnaient límpression que rien ne pouvait les arrêter. 

Ce sont vraiment de très beaux animaux avec leur couleurs contrastées qui font que nous les appelons souvent les dauphins pandas. Et surtout ce sont les plus grands prédateurs des océans (on les trouve sous toutes les latitudes, dans tous les océans et même en Méditerranée) et n'ont peur de rien. Ils s'attaquent même au grand requin blanc. Selon la région géographique ils se trouvent, leur régime alimentaire varie : thons, saumons, otaries, manchots. Mais ce sont aussi des opportunistes qui peuvent également se satisfaire de dauphins ou de petites baleines, bref tout est bon pour eux. Tout ? Non, pas tout à fait. Il n'a jamais été rapporté d'attaque d'orque sur un humain... dans son environnement naturel. En captivité, c'est une autre histoire. Qui ne deviendrait pas fou en étant injustement enfermé toute sa vie dans un espace très réduit ?

A ce propos, si le sujet vous intéresse, notez sur vos tablettes, calendriers, dans vos agendas pour le 2 juillet, 20h50 sur Arte la rediffusion du documentaire "Blackfish" qui traite de manière très édifiante le sujet de la captivité des orques. A voir absolument.

Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...
Quand la technologie fait flop...

Il est bien connu que la vie n'est pas un grand océan tranquille et je m'en suis rendu compte par deux fois depuis mon arrivée, la technologie s'est chargée de me le rappeler.

Tout d'abord, dès la première sortie en mer, il est apparu que l'autofocus de l'objectif zoom de mon appareil photo ne fonctionnait pas. Pas moyen d'y remédier. Donc je dois faire "à l'ancienne", mise au point manuelle. Avec les grosses baleines, même si ce n'est pas simple, c'est jouable car l'action n'est en général pas très rapide mais avec beaucoup de déchet tout de même. Avec les dauphins, petits et habituellemnt très rapides, c'est très loin d'être gagné.

Et puis plus grave, par malchance, mon ordinateur s'est retrouvé par une nuit pluvieuse juste sous un gouttière dans le bateau dans lequel je loge et bien évidemment il n'a pas du tout apprécié la douche. Moi non plus d'ailleurs.

Même après avoir bien sèché, rien à faire, il ne veut rien savoir. Pas cool du tout. Si quelqu'un a une idée....

Heureusement j'avais fait une sauvegarde la veille de mon départ. Je n'aurais donc pas perdu toutes mes données.

Je dois donc emprunter un ordinateur pour traiter mes photos et publier mon blog. Merci Marilia pour me permettre d'utiliser son Mac.

Pour le reste, ma tablette fait l'affaire.

Bon, je vais aller allumer encore un cierge pour implorer une fois de plus sainte Technologie de bien vouloir faire quelque chose pour que mon Macbook retrouve ses esprits.

Et pour terminer sur une note plus positive, et faire plaisir à Pedro, vous dire que les cachalots sont toujours bien présents et ça c'est vraiment bien.

Quand la technologie fait flop...
1 janvier 2016 5 01 /01 /janvier /2016 16:42

A toi lecteur de ce blog, que tu y sois fidèle depuis des années ou depuis plus récemment, que tu n’y viennes que très occasionnellement, que tu le lises pour la première fois (bienvenu(e) !), je te souhaite tout le meilleur pour 2016. Que tout te soit exaucé bien au-delà de tes espérances.

Et pour le reste du monde, je ne peux que souhaiter que tout un chacun fasse sienne cette sagesse amérindienne :

Etre né humain sur cette terre impose des devoirs sacrés.
nous avons une responsabilité sacrée, parce que nous avons reçu en partage un don particulier

qui va bien au-delà des dons qu'ont reçus les plantes,

les poissons, les forêts, les oiseaux et tout ce qui vit sur cette terre.

Nous sommes capables de prendre soin d'eux.

 

Alors prenons soin d’eux, mais aussi des humains… sans s’oublier soi-même.

 

Voir les commentaires

28 juin 2015 7 28 /06 /juin /2015 11:06

j'espère que cette vidéo ne vous laissera pas indifférents.

Le message est simple avec la voix de Julia Roberts, sous titrage en français. Simple mais tellement vrai.

La nature n'a pas besoin de nous ! Nous avons besoin de la nature ! La nature nous parle !

LA NATURE NOUS PARLE... ECOUTEZ... PARTAGEZ !

https://www.youtube.com/watch?v=lDR0mzFrbJM

A méditer...
26 juin 2015 5 26 /06 /juin /2015 20:07

Dans le dernier article, les dauphins étaient de l'autre côté du miroir. Cette fois, vous les verrez des deux côtés, sur et sous la surface.

Et il y a quelques jours, la surface n'existait simplement pas si ce n'est quand les dauphins émergeaient pour respirer. Ou alors seul le reflet du soleil indiquait si les dauphins étaient vus depuis le côté sec du miroir.

Ce sont cette fois des dauphins communs (Delphinus delphis) et qui ne sont communs que parce que c'est l'espèce la plus répandue sur la planète. Communs mais parmi les plus beaux de tous les delphinidés.

Et quand on en rencontre d'aussi jeunes, on les trouve encore plus craquants.

Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
Des deux côtés du miroir
19 juin 2015 5 19 /06 /juin /2015 20:31

Voici donc la surprise annoncée.

Je vous emmène sous l'eau après vous avoir mené longtemps en bateau.

En plus de mon appareil photo, j'ai cette année une petite caméra vidéo (Go pro) qui, une fois dans son petit boitier étanche peut aller sous l'eau. Elle est fixée au bout d'une perche d'environ 1,20 m ce qui me permet de la mettre sous la surface depuis le bateau.

Et quel plaisir de voir les animaux sous l'eau ! Cependant il faut que ceux-ci soient vraiment très près pour que ce soit assez spectaculaire, d'autant plus que l'eau n'est pas parfaitement limpide, il y pas mal de micro-organismes en suspension.

Des vidéos, je peux extraire des photos.

Nous avons rencontré il y a environ 10 jours un groupe de dauphins tachetés, les premiers de la saisons, en provenance direct des Caraïbes où ils passent l'hiver.

Ils se sont volontiers prêtés à une séance de prise de vue. Voici donc quelques photos.

Dauphins tachetés de l'Atlantique
Dauphins tachetés de l'Atlantique
Dauphins tachetés de l'Atlantique
Dauphins tachetés de l'Atlantique

Dauphins tachetés de l'Atlantique

Quelques dauphins communs

Dauphins communs
Dauphins communs
Dauphins communs
Dauphins communs
Dauphins communs

Dauphins communs

Et des grands dauphins pour terminer.

Grands dauphins
Grands dauphins

Grands dauphins

Et comme c'est une caméra vidéo, un petit montage avec les dauphins tachetés.

Vous pouvez la regarder en HD 1080p (réglage en bas à droite de la fenêtre Youtube)

13 juin 2015 6 13 /06 /juin /2015 16:43

Depuis une semaine, plus de baleine bleue, plus de rorqual commun, plus de rorqual boréal...

Alors qu'elles étaient encore présentes en grand nombre, surtout le rorqual commun, il y a moins de 10 jours, elles ont disparues. Quasiment du jour au lendemain. Où sont-elles passées ? Enfouies dans les profondeurs de l'océan, fondues comme si elles étaient en sucre ou en sel ?

La réalité est très simple, c'est juste question de saison et de température.

Toutes grandes baleines à fanons (mysticètes) se nourrissent surtout de krill (zooplancton) et le krill apprécie l'eau froide. Or l'eau autour des îles est d'environ 20°C et le krill n'est plus là. Donc les baleines n'ayant plus rien à se mettre sous les fanons, elles ont poursuivi leur route vers le nord, vers les eaux arctiques froides et abondantes en krill pendant la période estivale.

En espérant qu'il y aura quelques retardataires...

Les dernières baleines bleues, une mère et son "petit", environ 10 m quand même...

Les dernières baleines bleues, une mère et son "petit", environ 10 m quand même...

Le dernier rorqual commun avec sa machoire inférieure droite blanche, la gauche étant grise. Allez savoir pourquoi une telle assymétrie.

Le dernier rorqual commun avec sa machoire inférieure droite blanche, la gauche étant grise. Allez savoir pourquoi une telle assymétrie.

L'océan n'est pas vide de mammifères pour autant, plusieurs espèces de dauphins et les cachalots sont bien présents.

Et même si les "grandes" nous manquent, nous apprécions ces présences régulières et le beau spectacle qu'elles nous offrent.

Cachalots
Cachalots
Cachalots
Cachalots
Cachalots

Cachalots

Dauphins communs
Dauphins communs

Dauphins communs

Bon, c'est tout pour aujourd'hui mais je vais vous préparer maintenant quelque chose de différent pour la prochaine publication. Quoi ? Secret, vous verrez bien dans quelques jours...

5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 00:45

Quand un cachalot décide de prendre l'air, à défaut de prendre son envol...

Le splash du jour
Le splash du jour
Le splash du jour
Le splash du jour
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 00:02

J'ai le privilège d'aller chaque jour à la rencontre de ces merveilleux animaux et je peux vous assurer que je profite de chaque instant.

Je profite également de la présence des gens qui sont autour de moi, la superbe équipe de Horta Cetaceos (la plus petite compagnie d'observation des cétacés des Açores dirigée de la meilleure des façons, c'est à dire avec humanité et respect, par mon ami Pedro) et aussi tous ces gens qui ont fait des milliers de kilomètres pour voir les baleines et dauphins et qui nous font confiance pour qu'on permette à leurs rêves de devenir réalité.

Je les remercie vraiment tous d'être là pour que chaque jour soit rempli de moments d'émerveillement.

Vous voulez voir cette belle équipe ? Regardez donc cette petite vidéo : https://vimeo.com/127959087

Et quand vous l'aurez vue, regardez aussi les autres vidéos mises en ligne par Horta Cetaceos, vous y verrez de bien belles choses.

Je ne peux bien sûr pas vous montrer toutes ces personnes que nous emmenons sur l'eau mais je vais vous en montrer une. Elle s'appelle Julia et pour la première fois de sa vie elle s'est trouvée à côté d'une baleine bleue. L'expression de son visage en dit plus que des mots sur ce que l'on peut ressentir dans un tel moment.

Merci Julia.

Y a pas que les baleines et les dauphins...

Et puis sur et dans l'eau, il n'y pas que des baleines et des dauphins. Les rencontres autres sont multiples et variées.

Dans les airs, en plus des puffins cendrés dont j'ai déjà parlé dans ce blog http://volumondu.over-blog.com/le-puffin-cendr%C3%A9 , il y a bien sûr les inévitables goélands mais aussi des visiteurs occasionnels comme ce Grand Labbe  (Stercorarius skua), redoutable prédateur, qui a survolé le bateau pendant un petit moment.

Y a pas que les baleines et les dauphins...
Y a pas que les baleines et les dauphins...

Dans l'eau, ce n'est bien sûr pas la diversité qui manque.

Hier, c'était une espèce d'espadon, un marlin blanc (Kajikia albidus), dont on pu admirer les belles couleurs en le suivant de très près. Puis nous avons trouvé sur notre chemin pas moins de 8 tortues caouannes (Caretta caretta). Ces belles tortues marines naissent sur les plages de Floride et, poussées par les courants, elles se retrouvent dans les eaux de l'archipel açorien.

Celle-ci a un passager clandestin, un petit crabe.

Y a pas que les baleines et les dauphins...

Les tortues se nourrissent de méduses et un problème catastrophique se présente à elles : en les confondant avec des méduses, elles ingèrent des sacs plastiques et finissent par en mourir, l'estomac plein de ces déchets de notre société de consommation. Chaque fois que nous en voyons flottant à la surface, nous nous transformont en éboueurs des mers. Bien sûr nous savons que nous n'allons pas sauver toutes les tortues marines mais nous faisons notre part du travail, aussi petite soit elle. Vous vous rappelez de l'histoire du colibri ? http://volumondu.over-blog.com/article-le-colibri-77720566.html

Et parmi les méduses qui sont très abondantes ici en ce moment, il y en une très particulière et très belle.

C'est la Caravelle portugaise (Physalia phisalis). On dirait un petit sac plastique de couleurs irisées, composé d'un flotteur surmonté d'une voile et duquel partent de nombreux tentacules et des très longs fils. Elle est extrêmement venimeuse et provoque de graves brulures, à ne toucher sous aucun prétexte, vous n'auriez peut-être même pas le temps d'arriver à l’hôpital le plus proche.

Donc, comme dans un magasin de jouets, on regarde et on ne touche pas.

Pas très sympathique à priori mais qu'est ce qu'elle est belle vue de près ! Admirez ces couleurs...

Une des multiples merveilles de la Nature.

Y a pas que les baleines et les dauphins...
Y a pas que les baleines et les dauphins...

Quand même quelques mots au sujet des baleines.

La migration des grandes baleines à fanons bat son plein : baleine bleue, rorqual commun (en très grand nombre) et depuis 2 ou 3 jours, rorqual boréal.

Chaque sortie à leur rencontre apporte son lot d'émotions qui fait que l'on ne peut pas se lasser d'un tel spectacle.

Un exemple : il y a quelques jours, alors que nous observions une baleine bleue, gros modèle, probablement dans les 25 mètres de long (notre bateau fait 8,5 mètres), celle-ci a décidé d'inverser les rôles, l'observé devenant observateur et vice versa. Elle s'est donc dirigée vers nous, en faisant résonner son souffle très puissant qui vous prend aux tripes, jusqu'à environ 1 mètre de l'étrave puis a longé le bateau tout aussi près avant de s'enfoncer plus profondément sous la surface.

J'ai déjà vu assez souvent des baleines bleues, parfois d'assez près, mais quand celle-ci est venue face à nous, je n'ai même pas pensé à faire des photos, ma réaction a été de me dire : "Wow, je savais qu'elles étaient grosses, mais là ce n'est pas gros, c'est vraiment ENORME, COLOSSAL". Bien plus large que le bateau. Quelle impression de puissance ! C'est vraiment difficile à décrire mais une chose est sûre, je n'oublierai jamais ce moment-là. La photo que j'en ai, je ne pourrai jamais la partager parce qu'elle est gravée pour toujours au plus profond de moi-même.

Heureusement les émotions ne sont physiquement pas lourdes parce que le bateau aurait coulé, sans aucun doute et même si il est en principe insubmersible.

Merci Pedro d'enrichir ma vie avec de tels moments tout en les partageant avec d'autres.

Présentation

  • : Le blog de Marc
  • Le blog de Marc
  • : voyage en bateau, nature, rencontres, photo, etc...
  • Contact

Où suis je ? Where I am.

Pour voir la position du bateau cliquez sur link puis utilisez le curseur à gauche pour vous approcher ou vous éloigner.

 


 


Trajet déjà parcouru
trajet

Recherche

Prophétie indienne

"Seulement après que le dernier arbre a été coupé,
seulement après que la dernière rivière a été polluée,
seulement après que le dernier poisson a été pêché,
alors seulement vous vous rendrez compte que l'argent ne peut être mangé."

Paroles de la mer

"Si le large t'appelle, vas-y, ce n'est pas en regardant l'océan qu'on découvre la perle, mais en plongeant dedans.
Alors vas-y, plonge.
Plus tard tu découvriras que la perle et l'océan sont aussi en toi."
Philippe Pelen

Texte Libre

A consommer sans modération

"La vie c'est le truc qui passe pendant qu'on multiplie les projets."
John Lennon

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Passer sa vie à cheminer le long d'une route droite, profondément encaissée entre de hauts talus, est faire médiocre usage des jours que le destin nous a accordés, tandis qu'ils peuvent être ensoleillés si l'on grimpe le talus pour flâner en liberté sur le vaste plateau qui le surmonte."
Alexandra David-Neel
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"7 heures du matin peut être. Je n'ai plus l'heure et je m'en moque."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La seule chose dont on soit sûr à l'avance de l'échec, est celle que l'on ne tente pas."
Paul-Emile Victor
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Je ne vois pas de délégation de nos Frères à quatre pattes.
Je ne vois pas de siège pour les Aigles.
Nous oublions et nous nous croyons supérieurs.
Mais nous ne sommes en fin de compte rien de plus qu'une partie de la Création. Et nous devons réfléchir pour comprendre où nous sommes situés.
Nous sommes quelque part entre la montagne et la fourmi.
Quelque part et seulement là comme une partie et parcelle de la Création."
Oren Lyons Iroquois Onondaga.
Extrait d'un appel aux organisations non gouvernementales des Nations Unies - Genève - Suisse - 1977.

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"La nature est lente mais sûre.
Elle ne travaille pas plus vite qu'elle n'a besoin de le faire.
Elle est la tortue qui remporte la course de la  persévérance."                                                                                                 

Henry David Thoreau
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"C'est une triste chose de penser que la nature parle et que le genre humain n'écoute pas."
Victor Hugo
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Qu'est-ce qu'en général qu'un voyageur ? C'est un homme qui s'en va chercher un bout de conversation au bout du monde."
Barbay d'Aurevilly
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
" Faites ce que vous êtes capables d'effectuer ou croyez pouvoir faire. L'audace est porteuse de génie, de pouvoir et de magie."
Goethe

o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Si la cruauté humaine s'est tant exercée contre l'homme, c'est trop souvent qu'elle s'était fait la main sur les animaux. Tout homme qui chasse s'endurcit pour la guerre."
Marguerite Yourcenar
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o
"Il faut sauver les condors. Pas tellement parce que nous avons besoin des condors, mais parce que nous avons besoin de développer les qualités humaines pour les sauver. Car ce seront celles-là mêmes dont nous aurons besoin pour nous sauver nous-mêmes."
Mac Millan, ornithologue du XIXe siècle
o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o°o